imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le vrac sec, victime de la crise

Le 02 octobre 2008 par Rédaction L'Usine Nouvelle

Le ralentissement de la croissance de la sidérurgie chinoise plombe les cours.

Après avoir établi un record à 11 793 points le 20 mai dernier, le Baltic Dry Index (BDI) a perdu 68 % de sa valeur, pour clôturer la semaine dernière à 3 746 points. « Les cours du fret sont considérés comme un indicateur avancé de l'activité industrielle mondiale », explique UBS, si bien que toute modification du commerce mondial, même modeste, a des conséquences immédiates sur les prix.

Le ralentissement de la sidérurgie dans la région de Pékin, après la vague de construction liée aux jeux Olympiques, est à l'origine de ce « plongeon » des prix du vrac sec, indique Li Jingkang, un analyste de Capital Futures.

Depuis, la sidérurgie chinoise n'a pas retrouvé une activité normale, observe-t-il, et a adopté une attitude de « wait and see ». D'autant que les stocks de minerais de fer et de charbon métallurgique détenus dans les principaux terminaux chinois sont bien au-dessus de la normale, surenchérit Amanda Lee, de la Deutsche Bank. Cette baisse des importations chinoises ne fait cependant qu'amplifier le ralentissement du commerce mondial - plus de 90 % du volume des échanges se font par mer - dû à la crise financière, souligne Goldman Sachs.

Pascal Coesnon

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation