imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Paprec recyclera sur l’ex-site PSM dans l’Oise, avec 200 emplois à la clé

Le 09 mai 2011 par Daniel Krajka


Après la Bretagne à Cesson-Sévigné sur un ex-site PSA, et malgré des retards dus à la pollution d’une parcelle de son nouveau site, le recycleur pose une nouvelle pierre dans son jeu de go hexagonal.

Le 23 juin 2010, le groupe de recyclage Paprec était désigné par le Tribunal de commerce de Compiègne comme repreneur de l’ensemble immobilier de l’ancienne papeterie PSM, en dépôt de bilan depuis 2008. Paprec mettait ainsi la main sur un terrain de 22 hectares, dont 45 000 m2couverts, situé stratégiquement à proximité de l’Oise, de l’autoroute A1 et du futur canal Seine Nord, sur un axe reliant la Région parisienne, berceau de son activité, et le nord de la France et de l’Europe.
 
Mais un vice caché – une parcelle du terrain ayant appartenue à Salpa Hutchinson, filiale de Total, contenant une importante pollution, produite par l’activité industrielle antérieure – a retardé le projet. La Préfecture et la Drire sont intervenus avec les élus pour résoudre le dossier, alors qu’une société spécialisée s’est attaquée à la dépollution de la parcelle. Finalement, l’activité a officiellement démarré le 2 mai.
 
1 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2014
 
Les ambitions de Jean-Luc Petithuguenin, le PDG du groupe, sont de faire du nouveau site une véritable vitrine du tri et de la valorisation regroupant l’ensemble de ses activités, papiers cartons, déchets de chantiers, déchets industriels banals, des plastiques, DEEE, ferrailles et métaux, et tri des collectes sélectives. Ce nouvel investissement s’inscrit donc dans le programme de Paprec qui vise, d’ici à 2014, un chiffre d’affaires de 1 milliard d’euros contre 567 millions en 2010. La réalisation de ce programme nécessitera l’embauche de 200 salariés.
 
Les ambitions de Paprec ne se limitent plus à la France. Pour accélérer son développement hors Europe, il vient de signer un accord de coopération avec Anthon B Nilsen, un groupe danois dont la branche négoce, basée à Paris, traite annuellement 450 000 tonnes de papier et de plastique issus du recyclage. « Tout en gardant leur autonomie commerciale sur leur négoce de l’ensemble des matières secondaires, (ils) développeront conjointement des actions et des synergies sur les marchés hors Europe actuellement en très fort développement », a précisé Paprec dans son communiqué.

Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -