imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

L'Etat chinois doit améliorer le recyclage du plomb

Le 17 février 2014 par Daniel Krajka


Les déficiences du système chinois de recyclage des batteries plomb-acide destinées à l'industrie automobile sont une source majeure de pollution.


Afin d'améliorer le taux de recyclage des batteries plomb-acide utilisées dans l'industrie automobile, la commission du Plan chinoise envisage de taxer les producteurs de ce type de batteries afin de créer un fond destiné à l'aide au recyclage, rapporte Macquarie Bank dans  une note. Les acteurs du secteur ont suggéré une taxe de 10 à 25 yuans par batterie. En retour, les producteurs de plomb secondaire recevraient 46 à 102 yuans par batterie recyclée. Si cette mesure est appliquée, les marges des producteurs de batteries plomb-acide seraient réduites, ce qui aurait un effet sur la demande de plomb primaire, prévoit la banque australienne. 
 
En décembre 2013, un centre de réflexion dépendant du ministère chinois pour la Protection de l'environnement, soulignait dans un rapport l'importance d'instaurer des politiques permettant de réduire rapidement la pollution provoquée par un recyclage insuffisant des batteries automobiles. "La Chine est le plus important producteur, consommateur et exportateur de batteries d'accumulateurs plomb-acide dans le monde. Plus de 2,6 milliards de tonnes de déchets sont générées en Chine chaque année par ce type de batteries, mais moins de 30% sont récupérés et retraités en conformité avec les normes officielles", a expliqué Shen Xiaoyue, un responsable du groupe de recherche qui a produit le rapport qui rappelle que dans les pays développés le taux de recyclage est supérieur à 95%. 
 
Il y a une vingtaine d'années l'emploie du plomb dans l'imprimerie était une source majeure de pollution mais les modifications technologiques ont laissé la fabrication et la récupération des batteries comme principale source de pollution au plomb. En novembre 2011, sur 1 744 fabricants, pas plus de 229 avaient été autorisés à poursuivre leur activité après une tournée d'inspection globale qui avait suivi deux catastrophes  environnementales dans le Zhejiang et le Guangdong
 
Le principal problème pour mettre en place une gestion du recyclage des batteries la moins polluante possible est l'importante différence du prix de rachat des batteries usagées entre les entreprises légales, qui respectent la règlementation, et les autres, pointe le rapport. Le prix de rachat d'une entreprise illégale peut grimper jusqu'à 7 000 yuans (1 150 dollars) par tonne, explique Wan Xuejie, le sous-directeur de Shanxi Jitaly Science and Technology Co. Un niveau de prix impossible à offrir pour ce groupe qui gère l'un des cinq projets pilote mis en place pour promouvoir le recyclage dans ce secteur. Ces nouveaux sites peinent à trouver les volumes nécessaires pour être rentables. Le système chinois de recyclage ne fonctionne qu'au bénéfice des entreprises illégales, confirme David Lennett, le responsable juridique de l'ONG internationale Natural Resources Defense Council, qui a coproduit le rapport.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation