imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les affrontements dans l'est de l'Ukraine fragilisent sa sidérurgie

Le 29 août 2014 par Daniel Krajka


Activité industrielle majeure de l'Ukraine, la filière acier réduit son activité suite à des ruptures d'approvisionnement en électricité et en charbon.


La production d'acier en Ukraine ne reculait encore que de 6% en juin mais, en juillet, elle a chuté de 11,7% indiquent les dernières statistiques publiées par Worldsteel. Les combats qui opposent l'armée ukrainienne aux groupes prorusses soutenus par des éléments de l'armée russe dans l'est du pays, où sont concentrés mines, hauts-fourneaux et laminoirs, ont fini par réduire l'activité. C’est une mauvaise nouvelle pour ce pays où métallurgie et sidérurgie représentent environ un quart de son PIB et un tiers de ses exportations. Le pays est le cinquième exportateur mondial d'une production sidérurgique dont il vend les trois quarts à l'étranger. 
 
Le premier producteur d'acier du pays, Metinvest, a déclaré ne plus accepter de nouvelles commandes. Seule est épargnée la filiale locale d'ArcelorMittal, Kryvyi Rih, dont les installations sont situées dans le centre du pays, loin de la zone d'affrontements. Le groupe a même légèrement augmenté ses exportations cet été. Les producteurs russes profitent également de la baisse des exportations ukrainiennes de fonte pour augmenter leurs ventes à l'étranger et obtenir des prix plus élevés. Les sanctions des pays occidentaux soutiennent leurs exportations en ayant déprécié en 2014 le rouble de pratiquement 10% vis-à-vis du dollar. La Russie, qui assurait un débouché à près de 20% des produits sidérurgiques ukrainiens exportés a également réduit massivement ses achats. 
 
Ce sont les cokeries qui ont été le plus affectées par les affrontements dans le Donbass. Les principales installations du pays, qui sont situées dans les oblasts de Donetsk et de Lougansk, se sont retrouvées à l'arrêt faute d'approvisionnement en électricité ou en charbon métallurgique. Outre des câbles électriques et des centrales thermiques, les bombardements ont détruit des portions de voies ferrées entrainant la fermeture des nœuds ferroviaires de Yanynuvata et Debaltsevo a signalé l'entreprise ferroviaire nationale Ukrzaliznytsya.  
 
La plus importante cokerie du pays, Advika dans la région de Donetsk, qui assure plus d'un tiers de la production ukrainienne, n'est plus approvisionnée en électricité. Toutefois, les fours de la cokerie ont été connectés à un gazoduc peut-on lire sur le site de Metinvest, à qui appartient Advika. Une autre cokerie qui alimente les hauts-fourneaux de Metinvest, Yasinovskiy (Donetskstal), est également à l'arrêt faute d'approvisionnement en charbon, indique l'agence russe Interfax. Dans l'oblast de Lougansk, c'est la cokerie d'Alchevsk, appartenant à une autre compagnie sidérurgiste, Industrial Union of Donbass (ISD), qui a cessé d'approvisionner les hauts-fourneaux du groupe, rapporte le Metal Bulletin. Deux laminoirs de produits plats et de produits longs sont affectés. 
 
Le calme règne toujours dans l'oblast de Dniepropetrovsk permettant une activité normale pour les cokeries de Bagleykoks, une filiale du sidérurgiste russe Evraz, et Dneprodzerzhinskiy – qu'envisage d'acquérir Metinvest pour sécuriser ses approvisionnements, affirme la publication spécialisée Steel First – ainsi que pour celle d'ArcelorMittal Kryvyi Rih. Plusieurs sites de Metinvest – produisant des tubes et des billettes – avaient également été touchés par des coupures d'électricité. Des troupes de la République autoproclamée de Donetsk se sont même emparée d'une toute nouvelle locomotive de manœuvre appartenant à Metinvest.  
 
La mine de charbon de Samsonovskaya-Zapadnaya, une autre possession de Metinvest, avait subi une coupure d'électricité le 17 août suite à des tirs d'artillerie. L'électricité était rétablie deux jours plus tard, mais la moitié des 115 mines de charbon de l'Ukraine, le deuxième producteur européen, ne fonctionnent plus.

Lire également : http://indices.usinenouvelle.com/produits-siderurgiques/la-siderurgie-ukrainienne-resiste.5424

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation