imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le grain pourra bientôt être stocké sans séchage

Le 12 décembre 2014 par Myrtille Delamarche
Silos à grains au Texas
Silos à grains au Texas
CC BY-SA 3.0

Des chercheurs suédois ont identifié un moyen de stocker les céréales en silos sans séchage préalable, et sans risque de moisissure. Une découverte à même de réduire la consommation énergétique des céréaliers.

 

Tout a commencé avec un contrôle sanitaire classique. L’un des silos inspectés ne présentait aucune trace de moisissure, mais les céréales étaient couvertes de mystérieux petits points blancs.

 

Cette substance a finalement été identifiée par les chercheurs de l’Université suédoise d’agronomie, associés à la société agroalimentaire suédoise Jästbolaget. Il s’agit d’une souche de levure qui augmente considérablement la résistance des grains stockés en silos à la moisissure. Ce micro-organisme produit en grande quantité de l’acétate d’éthyle, utilisé comme solvant mais également en entomologie pour la conservation des insectes.

 

Cette découverte étonnante pourrait simplifier le process et réduire les coûts de stockage des céréaliers, en supprimant une étape très énergivore : le séchage. La solution est porteuse d’espoir, notamment pour les régions humides à faibles ressources énergétiques, telles plusieurs régions d’Afrique subsaharienne. Un projet vient d’être lancé au Cameroun, un pays au climat extrêmement humide (deux saisons des pluies), pour former les agriculteurs à cultiver leurs propres souches de ce micro-organisme. Car sa culture à échelle industrielle reste pour l’instant un défi.

 

Cette levure s’est en outre révélée une excellente source de protéines, qui augmente donc la valeur nutritive des grains qu’elle permet de conserver, précise Matilda Olstorpe, coordinatrice du projet au nom de la société suédoise productrice de levure Jästbolaget, qui espère commercialiser cette levure protectrice dès qu’elle aura finalisé un process de culture industrielle.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -