imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

L’Angola relance sa production de café

Le 17 août 2009 par Pascal Coesnon
* Mots clés :  Produits agricoles
Caféiers en Angola
Caféiers en Angola

Le gouvernement angolais investit dans son industrie caféière mise à mal par vingt-deux ans de guerre civile.

 

Profitant du bon niveau de prix du café, le gouvernement angolais devrait injecter 130 millions de dollars sur quatre ans à partir de 2010 afin de revitaliser la filière, indique Joao Neto, le directeur de l’Institut du café d’Angola. Le gouvernement prêtera également 150 millions de dollars à faibles taux d’intérêts aux agriculteurs désirant investir dans le secteur. Des programmes de formation permettront aux planteurs d’augmenter leur production. De plus, le gouvernement s’est engagé à leur fournir des véhicules et des machines de torréfaction et de broyage modernes.

 

« Notre but est de ramener la production de café au niveau d’avant la guerre civile (1975-2002) ». Au début des années 1970, l’Angola, avec 200 000 tonnes de cerises par an, était le quatrième producteur mondial. Puis, les planteurs s’étaient détournés de la production de café pour cultiver des produits alimentaires de base tel le manioc et le maïs.

 

Cette année, l’ancienne colonie portugaise devrait récolter 17 000 tonnes de cerises, contre 12 000 tonnes en 2008. « La production augmente en moyenne de 30 % par an. Elle devrait donc atteindre 17 000 tonnes cette année », indique Neto, et 50 000 tonnes d’ici à 2013. Environ la moitié (8 000 tonnes) sera exportée en 2009, contre 6 000 tonnes la campagne précédente.

 

Mais le gouvernement n’est pas le seul intéressé. Chevron, un investisseur majeur dans le pétrole angolais, vient de signer un accord avec l’US Agency of International Development (USAID) afin de développer les filières café et banane angolaises. Les deux projets devraient permettre à plusieurs millions d’Angolais de sortir de la misère. Près des deux tiers de la population vivent avec moins de 2 dollars par jour.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation