imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

L'agriculture brésilienne face à un contexte économique tourmenté

Le 12 mars 2015 par Franck Stassi
Plantations brésiliennes de soja
Plantations brésiliennes de soja
Flickr/Igor Camacho

La faiblesse des marges et le durcissement des conditions de crédit affectent les professionnels brésiliens de l’agriculture, qui pointent toujours du doigt les lacunes de l’infrastructure logistique du pays.


 

Premier producteur mondial de sucre, premier producteur mondial de café, deuxième producteur mondial de viande bovine et premier exportateur mondial de ces produits – ainsi que de soja et de jus d’orange -, le Brésil accumule les superlatifs en matière d’agriculture. Dans les prochains mois, le secteur pourrait néanmoins traverser une phase de turbulences, tandis que le modèle logistique du pays n’est pas exempt de défauts, estiment les experts réunis la semaine dernière par la banque d’affaires Morgan Stanley à l’occasion d’un colloque consacré à l’agribusiness en Amérique latine.

 

Les perspectives des agriculteurs et transformateurs brésiliens s’annoncent contrastées, dans un contexte d’accès difficile au crédit. "L’accès aux financements est faible, mais l’effet de la dévaluation du real devrait partiellement compenser des prix des grains plus faibles. Les prix du sucre devraient toucher le fond en 2015, tandis que la hausse de la demande en éthanol brésilien transformerait le marché mondial d’excédentaire à déficitaire", explique Morgan Stanley.

 

La faiblesse des marges affecterait les investissements pour les récoltes futures

 

Les marges de la campagne 2014-15 seront inférieures à celle de la campagne précédente, prévoient les chefs d’entreprises et responsables locaux interrogés par la banque. Le coût des produits utilisés et la gestion toujours plus complexe des exploitations bousculent leur équilibre économique, tandis qu’une politique budgétaire plus stricte a récemment été mise en œuvre par le gouvernement, conduisant à des réductions de crédit pour l’agriculture. Le soja, qui resterait cette saison la culture la plus rentable par rapport au maïs et au coton, pourrait souffrir l’an prochain de la baisse des investissements consentis par les agriculteurs avec une hausse de la superficie cultivée limitée à 2%.

 

"Les faibles marges limitent l’investissement, mais la technologie peut aider à augmenter le rendement de la canne à sucre", précise pour sa part Jacyr Costa Filho, président du directoire de Tereos Internacional, la filiale de transformation de la coopérative Tereos basée au Brésil. L’essor des besoins en éthanol apparaît comme bienvenue pour les acteurs du secteur, complète-t-il. "La position financière précaire de l'industrie encouragera probablement la production au premier semestre", l’éthanol générant plus rapidement des liquidités que les exportations de sucre. Le gouvernement a récemment autorisé une hausse du pourcentage d’éthanol anhydre mélangé à l’essence. La filière devrait par ailleurs être faiblement affectée par les restrictions à la consommation d’eau, l’industrie en ayant réduit son usage de 50% au cours des cinq dernières années.

 

La logistique, éternel talon d'Achille du pays

 

Si l’agriculture brésilienne semble donc résister aux difficultés actuelles, sa structure logistique est cependant fragile et pénalise sa compétitivité, s’accordent à rappeler les intervenants. Cette problématique récurrente n’a toujours pas trouvé de solution viable, malgré les nombreux plans d’investissement consentis au cours des dernières années. Une grève des chauffeurs routiers a dernièrement mis en lumière ce point sensible.

 

52% des cultures sont produites dans la région Nord du pays, laquelle n’en exporte que 14% à travers ses ports. Les coûts du fret entre Sinop, dans l’Etat du Mato Grosso, et Santos, dans l’État de São Paulo, s’élèvent à 100 dollars par tonne, contre seulement 46 dollars en direction de la Chine.

Des professionnels de l’immobilier constatent, enfin, que la valeur foncière des terres agricoles brésiliennes est inférieure à celle des terres situées en Argentine ou aux Etats-Unis.


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -