imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La Chine va accroitre sa demande de molybdène

Le 26 février 2010 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Chine
Climax Filliale de Freeport McMoran
Climax Filliale de Freeport McMoran

Le métal mineur, qui vient de faire son entrée au LME, va bénéficier d’une augmentation de la consommation chinoise.

Utilisé principalement dans leur élaboration, la demande de molybdène est étroitement liée à celle de ces des aciers inoxydables, rapides ou spéciaux. Ces aciers à haute performance voient leur résistance à la corrosion et à la chaleur améliorée et leur dureté et malléabilité augmentées. Le molybdène intègre des produits à plus haute valeur ajoutée soulignent Daniel Brebner et Xiao Fu, des analystes de Deutsche Bank.

 

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir

 

Utilisant comme modèle de référence la progression de la consommation de molybdène par la sidérurgie des Etats-Unis lors de la période 1935-1950, les analystes tablent sur un doublement de la demande de la Chine d’ici à 2020. Cette hypothèse d’une consommation de 250 millions de livre de métal mineur s’appuie sur la hausse de la production d’acier, ainsi que sur la part plus élevé que représenteront les aciers alliés dans la demande du pays.

 

Historiquement laChine jouait un grand rôle dans le marché du moly car elle en assurait un tiers de l’offre. En 2009, selon les chiffres de l’USGS la Chine a extrait 77 000 tonnes de métal pour une production minière globale de 200 000 tonnes. Un taux qui ne devrait pas baisser car elle détient plus d’un tiers des réserves mondiales, 3,3 millions de tonnes (Mt) sur un total de 8,7 Mt. La Chine avait l’habitude d’acheter des concentrés qu’elle revendait après les avoir grillés sous forme de ferromolybdène.

 

Depuis quelques années les besoins grandissants du pays ont limité ses ventes. Cette tendance devrait être accentuée par les directives de l’Etat visant à fermer les mines et fondeurs trop petits, obsolètes polluants ou trop énergivores. Pas moins de 80% des capacités chinoises sont petites ou moyennes, estime la banque allemande. La balance commerciale de la Chine devrait donc rapidement s’inverser et le pays devrait devenir importateur net.

 

 

La reprise progressive de la croissance dans les pays de l’OCDE devrait amener une augmentation graduelle de la production d’acier inoxydable. Le rebond des commandes est modeste, annoncent les sidérurgistes, même si Acerinox va remonter son taux d’utilisation des capacités de 50 à 70%.

 

 

Du côté de l’offre, l’extraction minière est concentrée aux Etats-Unis et au Chili. Certaines mines sont essentiellement productrices de molybdène. Pour les autres, le moly est un sous-produit de l’extraction de cuivre. Si en 2005-2006 – lorsque le prix du moly s’était envolé –   les mineurs de cuivre avaient réussi à augmenter la part du molybdène extrait, ce type de manœuvre sera difficilement reproductible. Si l’augmentation de son prix est importante, elles devraient cependant faire en sorte d’accroitre leur offre.   

 

Après avoir culminé autour de 30 dollars, la livre de molybdène a plongé en 2009 à 11,46 dollars. Plombé par une consommation globale en baisse de 10,5%, le marché a enregistré un surplus de 20 millions de livres. En 2010, le rebond de 13,7% de la demande, attendue par la banque, alors que la production ne remonte que de 5,2%, devrait entrainer un déficit de 15 millions de livre et un prix de 19 dollars. Pour 2011, les analystes tablent sur un prix moyen de 25 dollars avec un nouveau déficit de 29 million de livres. La consommation chinoise devrait dépasser les 200 millions de livres dés 2012 pour une demande globale de 563 millions de livres.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation