imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les grèves s’étendent dans les mines sud-africaines

Le 13 septembre 2012 par Daniel Krajka


Une mine d’or géante est désormais à l’arrêt en plus des principales mines de platine. Le mécontentement des mineurs se traduit par des revendications de hausses massives des salaires.

 

La direction d’Amplats (la division platine d’Anglo American) a déclaré le 12 septembre avoir interrompu ses opérations dans la grande zone de Rustenburg, la principale région productrice de platine. Selon Chris Griffin, le directeur général d’Amplats, il est dangereux pour les 26 000 travailleurs du groupe d’aller à leur travail en raison « d’intimidations par des personnes extérieures à l’entreprise ». Anglo American a lancé une étude sur ses activités dans les platinoïdes – il assure près de 45% de l’offre globale de platine –, mais a affirmé ne pas avoir l’intention d’abandonner ce secteur.

Les cinq mines d’Amplats dans la région de Rustenburg représentent environ un tiers de sa production de platine. Cette décision d’Anglo, alors que moins de 2% des 28 000 travailleurs de Lonmin sont sur leur lieu de travail – malgré les menaces de licenciement –, va entrainer l’arrêt de plus d’un quart des capacités d’extraction et de production de platine. Les négociations salariales chez Lonmin n’ont toujours pas démarré en l’absence d’une reprise du travail exigée comme préalable par la direction de la compagnie.

Des milliers de travailleurs des mines avaient formé des piquets hier devant les principaux lieux de production d’Amplats. Aux travailleurs de l’entreprise s’étaient joints des grévistes de Lonmin. Des représentants des mineurs d’Amplats ont déposé la même revendication que leurs camarades de Lonmin, à savoir un salaire minimum de 12 500 rands, soit 1 500 dollars. Cette même revendication a été mise en avant à Implats, où une grève avait interrompu la production pendant six semaines en début d’année. La direction du deuxième producteur mondial de platine a accepté de rouvrir des négociations salariales.

Le mouvement revendicatif ne s’arrête pas au platine puisque la grève qui a démarré le 9  septembre continue dans la mine KDC Ouest de Gold Fields. Alors que les dirigeants du syndicat local NUM vont essayer de raisonner les grévistes, ceux-ci ont annoncé leur intention de marcher vers les « hostels » où sont logés les mineurs afin de persuader les non-grévistes de rejoindre le mouvement.

C’est à Jacob Zuma, le président sud-africain, d’organiser un indaba (conférence) minier avec toutes les parties intéressées, ont déclaré des dirigeants du nouveau syndicat AMCU. Cette conférence aborderait tous les sujets primordiaux qui agitent le secteur minier : salaire minimum, conditions de travail, logement, formation ainsi que la création d’un fonds pour les victimes. Dans le même temps, les députés de l’ANC, membres de la commission des Ressources minérales, ont refusé de se rendre dans la région de Rustenburg, arguant que la situation était trop dangereuse. Il est difficile pour les responsables de l’ANC de se présenter en arbitre impartial devant les travailleurs de la mine alors qu’un certain nombre d’entre eux ont acquis des participations dans des compagnies minières.



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation