imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Des cours toujours volatils

Le 15 avril 2004 par Rédaction L'Usine Nouvelle
* Mots clés :  General Motors, Anglo American

Les sommets atteints par les prix ne devraient pas se maintenir.

Après s'être apprécié sans discontinuer pendant un an, le cours du platine a atteint 944,50 dollars l'once, son plus haut niveau depuis 24 ans. L'avenir s'annonce cependant particulièrement agité prévoit Virtual Metals, un cabinet d'analyse londonien dédié aux métaux précieux.

« Lors des 12 prochains mois, nous pourrons constater des prix plus hauts, tant pour le platine que pour le palladium, mais ce sera au détriment de la bonne santé à long terme des marchés », met en garde Jessica Cross, directrice de Virtual Metals. En effet, les utilisateurs pourraient rechercher des substituts moins coûteux. Cross attend pour ces prochains 12 mois des cours du platine évoluant entre 775 et 975 dollars l'once, avec une moyenne de 875 dollars. L'once de palladium devrait produire une moyenne de 275 dollars, oscillant entre 200 et 350 dollars.

Jessica Cross craint que la forte volatilité des cours n'entraîne le platine vers un destin similaire à celui des deux métaux cousins, le palladium et le rhodium, qui à la suite de prix inacceptables par les consommateurs ont été remplacés, et dont les cours ont depuis chuté brutalement.  

A long terme, Virtual Metals annonce un élargissement de l'écart de prix entre platine et palladium. Les projections de prix sur dix ans des analystes ont été revues à la hausse avec une moyenne pour le platine passant de 500 dollars l'once à 600/650 dollars. Le palladium,  quant à lui, devrait se traîner autour de 100/150 dollars.

Pour Cross, ce sont bien les fondamentaux du marché qui soutiendront les cours du platine. Le haut niveau du rand sud-africain a découragé ou repoussé les projets d'extension des mines de platine en Afrique du Sud qui assure 80 % de la production mondiale. Anglo American Platinum a ainsi remisé un projet qui aurait amené 500 000 onces de platine supplémentaire chaque année sur le marché. Parallèlement note Cross, les campagnes de promotion du platine utilisé dans la joaillerie ont fortement accru la demande.

Cette situation de restriction de l'offre et d'augmentation de la demande - conjointement la consommation de l'industrie automobile pour la fabrication de convertisseurs catalytiques sous la pression des exigences environnementales ne ralentit pas -  pourrait « provoquer l'extase à court terme mais au prix d'un effondrement à long terme », note l'analyste. Selon Virtual Metals les industries utilisatrices, automobile et électronique, ne redoute pas tant les prix hauts - quoique jusqu'à un certain point - que leur forte volatilité.

L'annonce par le belge Umicore d'une nouvelle technologie de convertisseur catalytique permettant de remplacer jusqu'à 25 % du platine utilisé par les pots de moteurs diesel - jusqu'à présent n'utilisant que du platine - ne devrait augmenter, selon les calculs de Virtual Metals, la demande globale de palladium que de 5 %, insuffisant pour rétablir les termes du marché face à une offre surabondante.

Cependant, General Motors, qui avait abandonné le palladium au profit du platine suite à la flambée des cours qui avait propulsé le premier vers les 1 000 dollars en 2001, vient d'annoncer son intention d'exécuter l'opération inverse. Thomas Hill, porte parole de la division achats de GM a annoncé de nouveaux arbitrages en faveur du platinoïde le moins coûteux ainsi que la poursuite continuelle de recherches afin de diminuer la quantité de métal précieux utilisée.

Daniel KRAJKA

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation