imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Rio proche de mettre la main sur Oyu Tolgoi

Le 19 janvier 2012 par Daniel Krajka


L’abandon d’une formule de pilule empoisonné par le canadien Ivanhoe Mines ouvre la voie au rachat de l’immense mine cuprifère de Mongolie par le géant minier.

Désireuse de se prémunir contre une OPA rampante, la compagnie minière canadienne Ivanhoe Mines (http://indices.usinenouvelle.com/matieres-premieres-industrielles/bataille-pour-le-controle-d-oyu-tolgoi.3140) s’était protégée par un programme de droits de souscription à l'intention des actionnaires, véritable « pilule empoisonnée ». Ce système avait empêché Rio Tinto de monter dans sa cible à plus de 49%. La décision par la direction d’Ivanhoe d’abandonner cette défense – qui devra être ratifiée par les actionnaires réunis en assemblée, le 11 mai prochain – ouvre la voie au géant minier pour s’emparer d’Oyu Tolgoi, une mine de cuivre et d’or en Mongolie. Cette décision répond aux recommandations d’un juge indépendant choisi par les deux parties pour régler leur différend.

Pour devenir majoritaire, Rio pourra racheter des actions sur le marché ou s’accorder avec les principaux actionnaires du Canadien, en particulier Robert Friedland, l’entrepreneur qui a fondé Ivanhoe et en est le directeur général. « Nous saluons la décision prise par Ivanhoe de suspendre immédiatement son programme de droits de souscription à l'intention des actionnaires…Nous sommes libres d’augmenter notre participation, comme nous le souhaitons sans déclencher le plan », s’est réjoui Rio dans un communiqué.

Rio Tinto avait déjà investi 4,1 milliards dans Ivanhoe Mines et était devenu l’opérateur d’Oyu Tolgoi en décembre 2010. Le mineur anglo-australien va désormais rechercher un accord amiable avec Ivanhoe pour prendre le contrôle de la mine mongole en offrant un mélange de liquidités et d’actions. Ivanhoe garderait alors ses autres actifs, le gisement charbonnier de Gobi Resources, le projet Kyzyl Gold et Ivanhoe Mine Australia.



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation