Métaux non ferreux

Le 15 septembre 2009 à 12h 39 par Rédaction L'Usine Nouvelle

Pénurie de terres rares à l’horizon

Extrait :L’adjectif est trompeur, car les terres rares sont… partout ! Elles ont pour nom terbium, dysprosium, néodyme ou bien encore lanthane. Dix-sept éléments chimiques au total qui, depuis les années 1970, sont devenus indispensables à la mise en oeuvre des technologies les plus avancées. Du pot catalytique aux batteries rechargeables pour véhicules hybrides, en passant par les lampes basse consommation, les iPod ou les rotors d’éoliennes, les terres rares ont envahi l’industrie et notre quotidien. Selon le journal spécialisé « Metal Pages », la demande annuelle pourrait augmenter de plus de 50 % par an d’ici à 2015. Un sésame pour l’industrie mondiale que la Chine voudrait confisquer. A la tête de 97 % de la production mondiale, l’ex-empire du Milieu menace en effet d’en réduire fortement l’exportation, voire de l’interdire pour certaines terres rares. Les craintes sont nées début septembre, avec l’annonce d’un responsable politique de Mongolie intérieure (région autonome de la Chine, qui représente 75 % des réserves en terres rares du pays) de sa volonté d’établir un partenariat avec l’Etat pour mieux contrôler la production et créer une réserve stratégique.   Une annonce à laquelle s’attendaient un certain nombre d’observateurs, mais qui a pris de cours les marchés. La menace plane pourtant depuis 1998 et la diminution progressive des quotas d’exportation. Mais avec le récent essor des industries de haute technologie, la stratégie chinoise pèse d’un tout autre poids. « Sur les six premiers mois de l’année, les exportations ont été réduites de 35 % », précise Christian Hocquard, économiste spécialisé dans les matières premières minérales au sein du BRGM (l’établissement public qui étudie les ressources et les risques du sol et du sous-sol). En diminution constante depuis des années, elles ne devraient s’élever cette année qu’à 30 000 tonnes, soit moins de 30 % de la consommation mondiale. Si des terres rares comme le dysprosium et le terbium étaient interdites d’exportation, celà affecterait directement des activités aussi importantes que la fabrication des aimants, des lasers, des composants électroniques ou des écrans plats. Et la liste n’est pas exhaustive.   la chine favorise sa consommation intérieure   UN QUASI-MONOPOLE > 124 000 tonnes de terres rares ont été produites dans le monde en 2008 (+ 10,7 % par rapport à 2007). La Chine en consomme environ 60 %. > Principaux producteurs en 2008, en tonnes : • Chine : 120 000 • Inde : 2 700 • Brésil : 650 • Malaisie : 380 (Source : US Geological Survey) Pour la Chine, l’objectif officiel est double : favoriser la consommation intérieure, notamment dans les énergies renouvelables comme l’éolien, et faire monter les prix. Ces derniers ont subi une chute sévère en raison de la crise économique et de la baisse de la demande de secteurs gourmands en terres rares, comme l’automobile. « La Chine renforce son rattrapage industriel en aidant ses entreprises, en leur donnant des avantages à l’exportation », dénonce Georges Pichon, le PDG de Marsmetal. Sa société de négoce de métaux commercialise de moins en moins de...

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Une question ? nous contacter

À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation