imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Catastrophe écologique majeure en Hongrie

Le 06 octobre 2010 par Daniel Krajka


Un accident dans une raffinerie d’alumine à provoqué une vague de boue toxique qui a ravagé trois villages et menace le Danube.

Le bilan provisoire de la catastrophe écologique qui a dévasté les villages de Devecser, Kolontár et Somlóvásárhely, à l’ouest de la Hongrie est déjà de quatre morts, 6 disparus et 117 blessés souffrant de brûlures et d’irritations, dont 62 hospitalisés dont 8 dans un état grave. Il s’agit, selon le secrétaire d’État à l’environnement Zoltán Illés, du plus grave accident chimique ayant frappé le pays. L’état d’urgence a été déclaré dans la région qui compte un million d’habitants. Selon le gouvernement, les dommages pourraient coûter plus de 50 millions de dollars et nécessiter au moins un an d’efforts pour nettoyer les dégâts.

 

Des semaines de pluies diluviennes auraient provoqué la rupture de deux réservoirs à ciel ouvert contenant des déchets   sur le site de la raffinerie d’alumine d’Ajkai Timfoldgyar, située à Ajka (160km au sud-ouest de Budapest). Une vague de 2 mètres de haut de boue rouge, acide et corrosive, évaluée à plus d’un million de mètres cubes, s’est déversée dans la rivière Marcal. Ces résidus de la transformation de la bauxite en alumine – qui sera ensuite transformée en aluminium dans des cuves électrolytiques – contiennent des métaux lourds ainsi que du cyanure et de l’arsenic. Les autorités craignent qu’elle n’atteigne le Danube, impactant la pêche et l’eau potable. Plus de 1 000 tonnes de chaux ont été déversées dans la rivière Marcal pour tenter de stopper la progression de la boue.

 

Selon Magyar Aluminium Zrt, la firme magyare qui possède la raffinerie, les réservoirs qui avaient été inspectés lundi dernier, ne montraient pas de signe de faiblesse. Le ministère a ordonné l’arrêt des activités de l’usine. Privatisée en 1995, Magyar Aluminium, dont le siège est à Ajka, contrôle plusieurs unités de la filière aluminium : la mine de bauxite de Bakony, la raffinerie d’alumine d’Ajka, et l’aluminerie d’Inota. Elle possède également une filiale en Roumanie et une société de trading en Allemagne. Sa capacité de production est de 35 000 tonnes de métal léger par an.

 

A lire également sur usinenouvelle.com :

 

Boues rouges toxiques : pourquoi l’usine française est moins dangereuse

10 ans de catastrophes industrielles

Accident en Hongrie : les boues rouges ont atteint le Danube

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -