imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Trop de projets pour les terres rares

Le 26 avril 2011 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Métaux critiques


Pour profiter de la pénurie à venir, de nombreuses sociétés se sont lancées dans de nouveaux projets. Les derniers arrivés, surtout s’ils n’ont pas un modèle intégré, risquent d’être désappointés.

 

Ayant reconnu une intéressante opportunité dans la crainte suscités par la réduction progressive des quotas d’exportation de terres rares chinoises, les sociétés minières ont multiplié les projets dans ce secteur. Ernst & Young's vient de publier une étude, « La course aux terres rares est partie », sous la direction de Michel Nestour, un responsable de son équipe mines est métaux. Pas moins de dix neuf projets dans huit pays ont été étudiés tant au niveau industriel que commercial et financier.
 
Depuis un peu plus d’un an, l’intérêt général – industriels, médias, grand public, et même les politiques –, pour les métaux critiques, en particulier les terres rares, n’a fait que croître. Pour ces derniers, la réduction des quotas chinois et l’attente d’un marché en déficit de 2011 à 2013 pour des métaux indispensables au développement des énergies vertes a aiguisé l’attention et les appétits. La Chine, estime l’analyste, pourrait même devenir importateur net de terres rares lourdes, amplifiant d’autant les tensions du marché. La valeur de ce marché grimperait vers les 4 à 6 milliards de dollars d’ici à 2015, contre une valeur actuellement estimée entre 2 et 3 milliards.
 
 
Dans la course aux terres rares, deux compagnies sont déjà parties. L’australien Lynas et l’américain Molycorp devraient entrer en production en 2011 et 2012. Signe de l’intérêt pour ces produits, leur valeur boursière combinée, relève l’étude, est le triple de celle des ventes de terres rares actuellement.
 
« Le risque est inhérent au secteur minier », souligne Nestour, particulièrement pour les terres rares qui requièrent des technologies métallurgiques complexes, des capitaux importants et doivent résoudre d’importants défis au niveau des infrastructures et des qualités de minerais à extraire et traiter. Comme souvent il y a beaucoup d’appelés, mais il y aura peu d’élu. Et les premiers à réaliser leurs projets bénéficieront d’un niveau de prix élevé, soutenu par la pénurie. Si Lynas et Molycorp, qui devraient ensemble assurer 20% de l’offre globale dès 2013, ont une avance significative dans les terres rares légères, il y a encore de la place pour ceux qui créeront des sociétés métallurgiques et minières intégrées dans les terres lourdes.
 
Pour assurer un développent rapide de leurs projets les mineurs devront s’associer avec les sociétés utilisatrices et bénéficier du soutien des institutions. Pauvres en ressources naturelles, le Japon et la Corée ont eu des politiques proactives par l’intermédiaire du Jogmec et du Kores : prise de participation et financement de la recherche minière et de l’exploitation de nouveaux projets ainsi que constitution de stocks de métaux critiques. L’Union européenne n’en est qu’au stade des études et d’une politique commerciale plus agressive contre les restrictions à la libre circulation des métaux et des minerais. Des grandes sociétés consommatrices comme General Electric ou General Motors ont également lancé des programmes de recherche pour trouver des alternatives à l’utilisation de terres rares.
 

Il n’y aura pas de financement pour l’ensemble des projets, prévoit Nestour qui n’hésite pas à conseiller à ceux qui rencontrent trop de difficultés de se retirer dès maintenant de la course.

Dossier
L'importance des métaux critiques

- Enjeux et contraintes de l’industrie minière

- Les terres rares attirent les brevets



- Pénurie de terres rares à l’horizon

- Terres rares, les Etats-Unis contre-attaquent



- La Chine concentre l’exploitation des terres rares

- L’accès aux métaux rares est critique pour l’Europe



- Les Etats-Unis veulent soutenir la production de terres rares

- Un ETF sur le lithium



- BYD sécurise ses approvisionnements en lithium

- La course aux terres rares



- La substitution au stade expérimental

- Rhodia sécurise ses terres rares



- Chers métaux...

- La Chine maintiendra ses exportations de terres rares en 2011



- Les Etats-Unis, l’autre pays des terres rares

- Le niobium, le meilleur allié de l’acier



- Le meilleur allié de l'acier

- La Chine réduit ses quotas d'exportations de terres rares



- Création d’un Comité pour les métaux stratégiques

- Les restrictions d’exportations montrées du doigt



- Des métaux critiques, très critiques

- « Un pays doit avoir une politique agressive pour sécuriser ses approvisionnements »



- Les terres rares européennes changent de main

- A la recherche des métaux



- Trop de projets pour les terres rares

- Terres rares : les Japonais se jettent à l’eau



- Terres rares : les Japonais regardent au fond du Pacifique

- Les terres rares, des métaux stratégiques pas si rares que cela



- Les métaux à risques

- Des terres rares plus rares



- L’Europe doit faire meilleure mine

- Une baisse des exportations de terres rares chinoises en trompe l’œil



- Une alliance pour sécuriser les approvisionnements de l’Allemagne

- L’Afrique du Sud, nouvel Eldorado des terres rares



- Molycorp lance son concentrateur de terres rares




Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation