imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le tantale échappe au supplice

Le 14 septembre 2010 par Daniel Krajka


Les pressions sur les utilisateurs de tantale de guerre, alors que la demande repart, soutiennent les prix. Les contraintes associées à la nouvelle loi financière américaine devraient profiter aux producteurs.

La crise financière n’avait pas épargné la demande de tantale, comme montre un reflux de son prix de 50 vers les 30 dollars par livre. Depuis, indique Trent Allen de Resource Capital Research, le redressement de la demande et la mise à l’index des minerais « sanglants » en provenance de RDC ont propulsé son prix vers les 80 dollars.

 

Métal brillant bleu-gris, lourd, dense, malléable, ductile avec un très haut point de fusion le tantale est très bon conducteur de la chaleur et de l’électricité et très résistants aux acides. Il est utilisé dans l’élaboration d’alliages – en particulier pour les outils de coupe – et dans l’industrie électronique, principalement dans la fabrication de condensateurs et de résistances de haute puissance. Il est donc présent aussi bien dans l’électronique professionnel ou grand public, nomade ou, non que dans les automobiles.

 

 

Exploité sous forme de coltan (minerai associant colombite et tantalite) les plus grands gisements sont en Australie, au Brésil et en Afrique. Jusqu’à 2008 plus de la moitié de l’extraction était assurée par l’Australie suivie par le Brésil, laChine étant le grand producteur de métal secondaire. L’arrivée massive de métal de RDC et la chute de la demande ont obligé les grands producteurs à fermer leurs capacités. L’exploitation des gisements congolais, souvent artisanale, illégale et impliquant le travail forcé des enfants avait cassé les prix.

 

 

La nouvelle loi Dodd-Franck de régulation financière, votée par le congrès américain fin juin, a déjà eu de profondes répercussions sur le marché du Tantale. Trois amendements de cette loi concernent directement l’industrie minière. Elles obligeront les compagnies minières à inclure dans leurs rapports tout paiement effectué à un gouvernement et restreindront l’utilisation de minerai de guerre en provenance de RDC. Les entreprises utilisant du coltan, de l’or, du wolframite en provenance de RDC ou des pays adjacents devront prouver qu’ils ne proviennent pas de zones de guerre. Les compagnies cotées aux Etats-Unis devront se conformer à cette législation, soit 8 des 10 plus grandes sociétés minières et 29 des 30 plus importantes sociétés internationales.

 

Outre les contraintes législatives, les grandes sociétés utilisatrices (Nokia, Apple, Intel…), très sensibles à leur image devront se conformer à ces nouvelles règles, comme précédemment les fabricants d’article de sport accusés de faire travailler des enfants. Pour éviter ces problèmes le principal utilisateur chinois a déjà transféré ses commandes à un producteur brésilien. Cette moralisation tombe à pic pour les grands producteurs de tantale comme l’australien Talison. Celui qui était encore récemment le premier producteur du monde se déclare prêt à rouvrir ses mines si le métal se maintient durablement à un prix élevé. Pour les fabricants d’électronique la question du prix n’est pas prioritaire pour un métal difficilement remplaçable. Avec moins de 0,5 gramme de tantale par téléphone portable, son prix ne joue pas, seule importe sa disponibilité.  

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1352)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (688)
    • Energie (645)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -