imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Xstrata : « Parce que je le vaux bien »

Le 08 juin 2012 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Commodités


 

Le patron de Glencore justifie les primes exceptionnelles que vont recevoir les dirigeants de Xstrata

 

Les 217 millions de livres (338 millions de dollars) que vont se partager 73 dirigeants de Xstrata ne laissent pas certains fonds, actionnaires du groupe helvétique, indifférents, au contraire. Fidelity a ainsi déclaré que le versement de cette prime de fidélité était « une provocation, une absence de sensibilité », alors qu’un autre fonds, Standard Life, le trouvait « inacceptable et affligeant ».

Les votes des deux entités qui doivent fusionner seront décidés par les actionnaires le 11 juillet pour Xstrata et le lendemain pour Glencore. Malgré les réticences provoquées par ces primes exceptionnelles et plus encore par les termes de l’offre de Glencore – 2,8 actions Glencore pour une action Xstrata – la fusion devrait être validée. D’autant que le fonds souverain du Qatar, partisan de l’opération, déteint désormais plus de 10% du capital du mineur suisse. Pour être validé, le projet devra recevoir 75% des votes, alors qu’il suffira de 50% des voix pour approuver la prime des dirigeants de Xstrata.

Conscient des objections soulevées par le paiement des primes colossales aux dirigeants de Xstrata, Ivan Glasenberg, le directeur exécutif de Glencore, s’est lancé dans une défense passionnée de sa décision devant une assemblée du Melbourne Mining Club, à Londres. « Si vous voulez un bon directeur exécutif, il faut le payer », a-t-il déclaré, ajoutant que si les actionnaires doivent décider s’ils veulent un « manager administrant les affaires courantes » avec un salaire modeste ou « un entrepreneur de haut calibre, richement rémunéré », qui se comporte comme s’il était propriétaire de la compagnie.

Il était important de conserver la direction du groupe, ont décidé le président et les directeurs non-exécutifs du conseil d’administration de Xstrata. Glasenberg a toutefois concédé que ce n’était pas lui, mais le conseil d’administration de Glencore qui avait décidé que les primes de fidélité n’étaient pas liées aux performances de l’entreprise. Dans une lettre aux actionnaires, le président de Xstrata, John Bond, avait également souligné que pour profiter à plein des effets de la fusion, il était nécessaire de garder le management du groupe.



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation