imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

ITIE : Trafigura lève un coin de voile sur ses activités

Le 19 novembre 2014 par Myrtille Delamarche
* Mots clés :  Mines, Pétrole
EITI ITIE
EITI ITIE
DR

Trafigura, connue  pour sa grande discrétion, a confirmé le 18 novembre son adhésion à l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE). En quête perpétuelle de nouvelles sources de crédit, la maison de négoce va devoir en échange dévoiler l’intégralité de ses paiements aux 48 Etats signataires de l’accord.

 

Quatre-vingt-dix sociétés du secteur pétrolier, gazier et minier ont déjà signé cet accord qui les engage à rendre publics les règlements effectués à destination des Etats dans lesquels ces sociétés sont actives. Pour Trafigura, cette obligation prend effet à compter de 2015. La société de négoce basée à Lucerne en Suisse, troisième acheteur privé mondial de pétrole, va devoir dévoiler le détail de ses paiements aux sociétés nationales d'hydrocarbures pour le pétrole brut et le gaz, ainsi que les impôts, taxes et autres droits de licences payés aux gouvernements des 48 Etats signataires de l'ITIE.

 

En bleu, les pays candidats (mettant en œuvre l'ITIE, mais n'ayant pas satisfait à toutes les exigences) ; en vert les pays conformes (qui ont satisfait à toutes les exigences) et en orange les pays conformes ou candidats temporairement suspendus.

 

Et c’est un tremblement de terre dans le monde feutré du négoce, traditionnellement discret sur ses mouvements financiers. Peu de grands négociants se sont pour l’instant engagés sur cette voie, mis à part Glencore (devenu depuis GlencoreXstrata), l’un des principaux concurrents de Trafigura, en 2010.

 

Les géants du négoce poussés à la transparence par le resserrement du crédit

 

La faible implication des grandes maisons de négoce est longtemps restée l’un des freins majeurs à l’action de l’ITIE. Cette coalition d'entreprises, de gouvernements et d'organisations de la société civile a pour objectif de promouvoir la transparence et la gestion responsable des revenus issus du sous-sol. Elle y parvient en poussant Etats et entreprises à publier leurs échanges financiers liés au commerce d’hydrocarbures et de ressources minières afin de les rapprocher pour contrôle, avant de demander aux Etats de justifier de l’usage de ces revenus. Les sociétés de négoce comme GlencoreXstrata, Vitol, Trafigura, Gunvor et autres ont longtemps ignoré cette initiative lancée en 2002 par Tony Blair et soutenue par des groupes de la société civile comme PublishWhatYouPay.

 

Mais la donne a changé pour les géants du négoce. Leur insatiable besoin de financements s’est confronté au même moment à deux obstacles. D’abord, une réduction de leurs marges due à la stabilisation des cours des matières : les négociants, intermédiaires jonglant entre logistique et stockage en anticipant les demandes régionales de matières et produits transformés, font leurs marges précisément sur la volatilité des prix, dont elles savent mieux que quiconque tirer profit. Ensuite, la frilosité accrue des banques, obligées de se soumettre à des normes prudentielles de plus en plus exigeantes (notamment Bâle III en 2010) a réduit le volume des crédits alloués. Le virage vers une relative transparence opérée par les géants du négoce est donc une contrepartie devenue incontournable sur le chemin du crédit. Gunvor a d’ailleurs confirmé le 17 novembre qu’elle envisageait la faisabilité d’une adhésion.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -