imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le charbon thermique à toute vapeur

Le 05 février 2010 par Daniel Krajka


Les demandes chinoise et indienne tirent le marché du charbon-vapeur. Après la chute brutale de 2009 la consommation, et les prix, vont se reprendre sensiblement.

 

Le prix du charbon thermique sur les grands marchés spot de Newcastle – en Australie pour le charbon à destination de l’Asie – et de Richard’s Bay – en Afrique du Sud, pour l’Europe – est restée stable, entre 60 et 70 dollars par tonne, pendant la plus grande partie de 2009. Un prix bas, proche du coût marginal de production, note la banque UBS dans une étude publiée en février. En fin d’année cependant, le marché s’est soudainement ranimé sous l’effet conjugué d’une hausse importante des achats chinois et indiens, d’un coup de froid en Europe et de la remontée de l’activité globale. Des facteurs logistiques restreignant l’offre – ferroviaire en Australie, capacité portuaire en Afrique du Sud, mousson en Indonésie – ont amplifié le retour de la tendance haussière.

 

Selon les estimations de la banque helvète, la demande commercialisée globale de charbon-vapeur devrait croitre à un rythme annuel de 1,8% d’ici à 2015 pour culminer à 776 millions de tonnes (Mt). Les importations nettes chinoises ont littéralement explosé en 2009, grimpant de 155% en un an à 86,6 Mt. Elles devraient progressivement refluer mais se maintenir au-dessus de 64 Mt. Tombées de 35,8 à 18,4 Mt entre 2008 et 2009, les exportations de charbon thermique chinois vont se maintenir autour ou en dessous des 20 Mt. Dans le même temps les importations indiennes devraient croitre au rythme annuel soutenu de 10% pour culminer en 2015 à 50 Mt. Dans les pays développés les achats devraient retrouver leur niveau de 2008 puis progresser lentement.

 

 

L’offre devrait s’apprécier de 2,1% par an lors des 5 prochaines années pronostique UBS. Premier exportateur, l’Indonésie a été impactée par la mousson l’an dernier mais ses ventes devraient croitre de 2% en 2010 à 220 Mt et grimper vers les 245 Mt en 2015. Une prévision qui dépendra toutefois de la forte augmentation de la demande intérieure. Débarrassées du souci des contraintes portuaires mais encore limitées par les capacités ferroviaires, les ventes australiennes progresseront de 2% par an pour monter à 172 Mt en 2015. Les ventes de l’Amérique du Nord et dela Colombiedevraient également s’apprécier. Dans ce contexte tendu, les analystes d’UBS tablent sur un prix moyen élevé de 95 dollars par tonne fob en 2010. Il devrait monter à 100 dollars l’année suivante, puis se replier progressivement pour redescendre vers les 86 dollars fin 2015.

 

Le facteur dominant,la Chine

 

Depuis quelques années les aléas du marché global du charbon-vapeur ont été toujours plus liés à ceux du marché intérieur chinois. Les achats du dragon ne représentent pas moins de 15% du marché global et la politique énergétique du gouvernement a des conséquences globales.La Chinea ainsi commencé à acheté du charbon àla Colombie.Cecisignifie que le niveau actuel des prix en Chine est suffisant pour attirer le charbon sud-américain, ce qui limitera les possibilités de hausse en Asie. Si la tentative le limiter la hausse des prix du charbon, mi2008, aéchoué, celle de limiter celle de l’électricité a entrainé une baisse des capacités et donc de la consommation. A mesure quelaChinepasse de son plan de stimulation à une croissance plus régulière, les risques de nouvelles interventions de l’Etat vont s’amplifier, accroissant les incertitudes et donc la volatilité, met en garde la banque suisse.  

 

L’inde a l’intention d’ajouter 78 GW de capacité électrique d’ici à 2012, engendrant une demande de charbon thermique en hausse de 400 à 520 Mt. Pour atteindre cet objectif, le producteur de charbon nationalisé indien Coal India devra investir plus de 6 milliards de dollars dans 130 projets locaux, indique UBS. Il devra également trouver de nouveaux gisements à l’étranger, Indonésie, Australie et même Etats-Unis.

 

En Europe la demande de charbon-vapeur dépend en partie des arbitrages effectués en fonction du prix du gaz naturel. Outre la baisse de la consommation d’énergie liée à la chute de l’activité, la demande de charbon a également subi les effets de l’importante baisse des prix du gaz naturel. La demande devrait se redresser progressivement mais ne plus retrouver le niveau de 2008. Les importations européennes sont attendues vers les 70 Mt en 2015, loin des 87 Mt de 2008.

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -