imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

« Apprendre à piloter sans visibilité dans le recyclage »

Le 22 janvier 2010 par Daniel Krajka


ENTRETIEN  Entretien avec Jean-Luc Petithuguenin, PDG et fondateur de Paprec, le leader indépendant français du recyclage avec 40 usines et plus de 2 300 000 de tonnes de déchets recyclés

Le pire est-il passé pour le recyclage des vieux papiers ?

Oui, il n’y aura pas d’écroulement en 2010 comme celui que nous avons connu au quatrième trimestre de 2008. Les prix ont progressivement remonté fin 2009, ils devraient se maintenir en moyenne au niveau atteint. Mais attention, cela n’exclut pas de brusques écarts, à la hausse comme à la baisse. La visibilité est très limitée et il faudra travailler dans un contexte de forte volatilité.

 

La situation est-elle similaire pour les plastiques de recyclage ?

Les prix des plastiques sont tombés à un niveau insoutenable pour les recycleurs. Les prix doivent être réajustés à la hausse, d’autant que les cours du pétrole brut se sont fortement appréciés depuis leur point bas de début 2009.

 

Quelles sont vos prévisions de Paprec en matière de volumes ?

Notre volume n’a enregistré une baisse que de 5 à 10 % l’an dernier, grâce à notre croissance interne très forte - + 15 % par an -. Ce qui nous a vus convaincre plus de 2 000 nouveaux clients de rejoindre l’offre commerciale de mon groupe. Nous tablons en 2010 sur une poursuite de la tendance de fin d’année et devrions dépasser le niveau de 2008 avec plus de 2,5 millions de tonnes de matières traitées.

 

Comment vous êtes-vous organisés face à la crise financière ?

Je ne peux pas deviner le futur. Mais j’organise ma maison de façon à faire face à la conjoncture. Mon entreprise a été construite comme un quadriréacteur propulsé par quatre secteurs majeurs. En novembre 2008, nous avons assisté à l’arrêt successif des quatre moteurs et nous avons constaté que dans la tourmente l’avion pouvait planer. Cette année, nous allons progressivement remettre les gaz et vérifier comment il ré-accélère.

 

Propos recueillis par Daniel Krajka

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation