imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Uranium One au Kazakhstan

Le 16 décembre 2009 par Daniel Krajka


Uranium One

La société canadienne s’est rapprochée du russe AMRZ pour acquérir 50% d’une mine d’uranium au Kazakhstan en échange d’une participation à son capital.

Uranium One, une société minière canadienne basée à Vancouver, vient de réaliser l’acquisition de 50% de la mine d’uranium de Karatau. La transaction, qui avait été annoncée le 15 juin, a été finalisée, après avoir obtenu le feu vert des autorités compétentes, par la prise de 19,9% du capital du canadien par AtomRedMetZoloto (ARMZ), une filiale de l'agence russe de l'énergie atomique Rosatom. Uranium One a émis pour cela 117 millions d'actions ordinaires auquel il a rajouté 90 millions de dollars qui seront versés d’ici à moins de douze mois.

 

« Le directeur général d'ARMZ, Vadim Jivov, a été élu au conseil d'administration d'Uranium One » précise un communiqué du mineur, qui ajoute qu'un autre représentant du groupe russe y entrera en mai 2010. La participation du canadien dans Karatau devrait lui rapporter 2,3 millions de livres d’oxyde d’uranium à un coût moyen de 14 dollars par livre. Lorsqu’elle sera montée en puissance, la part d’Uranium One dans la mine devrait grimper à 2,6 millions de livres. ARMZ dispose de droits de commercialisation sur la majeure partie de ses 50% et sur 20% de la part attribuée au Canadien. Ce dernier pourra utiliser les moyens de conversion et d’enrichissement de Rosatom.

 

Uranium One est l’une des plus importante sociétés minières cotées exploitant des gisements d’uranium, avec une présence significative au Kazakhstan, aux Etats-Unis, en Afrique du Sud et en Australie. Cinquième producteur mondial d’uranium – 9,6 millions de livre d’U3O8 en 2008 – avec des gisements en Russie et au Kazakhstan, ARMZ emploie 14 000 salariés. Sa montée au capital d’Uranium One confirme la volonté des Russes de diversifier leurs coopérations avec des sociétés occidentales.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -