imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Un champ pétrolier retrouve sa jeunesse

Le 31 mai 2010 par Ludovic Dupin


A Schoonebeek, aux Pays-Bas, un champ pétrolier à l'arrêt depuis 1996 se prépare à produire des millions de barils supplémentaires. Un exemple des nouvelles technologies censées accroître massivement les réserves mondiales de pétrole.

“Enhanced Oil Recovery”, EOR pour les experts. Sous cet acronyme anglais, traduisible par « amélioration de la récupération du pétrole », se cache une technologie très en vogue chez les pétroliers. Elle leur permet d’accroître le volume des réserves accessibles. En moyenne, un champ pétrolier produit 30 à 35% de ses capacités réelles. Les technologies de l’EOR, qu’il s’agisse d’injection de vapeur d’eau, de gaz ou de produits chimiques dans les nappes d’huile, permettent d’atteindre des taux de récupération supérieurs à 60%.

C’est à ce traitement de choc qu’est soumis aujourd’hui le champ pétrolier de Schoonebeek, à la frontière germano-néerlandaise. Il a produit, entre 1945 et 1996, 250 millions de barils de pétrole, mais 750 millions de barils reposent encore dans le sol. Shell et ExxonMobil sont bien décidés à extraire 125 millions de barils supplémentaires à partir de 2011... Le chantier est présenté ici en images.

Pour en savoir plus

Consultez notre n°3192 du 12 mai, p.66
« Et si le pétrole avait encore un avenir »

► Acheter ce numéro



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation