imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Un consortium mené par le groupe russe Rostec construira la raffinerie d'Hoima en Ouganda

Le 17 février 2015 par Myrtille Delamarche
* Mots clés :  Pétrole
Image satellitaire du lac Albert, à la frontière entre la RD Congo et l'Ouganda
Image satellitaire du lac Albert, à la frontière entre la RD Congo et l'Ouganda
Nasa / Modis

Un consortium mené par RT Global Resources, filiale du groupe russe Rostec, a remporté l’appel d’offres pour la construction à Hoima, en Ouganda, d’une raffinerie destinée à traiter le pétrole brut du lac Albert, annonce le journal local Daily Monitor. L’information a été confirmée par le ministère ougandais de l’Energie.

 

Outre RT Global Resources, le consortium qui a remporté l'appel d'offre pour la construction d'une raffinerie en Ouganda réunit VTB Capital (pour le financement) et Tafneft (pour l’ingénierie). Parmi les autres partenaires de ce consortium, on trouve les coréens du Sud GS et Telconet Capital Ltd. D’ici 2018, cette raffinerie dont le coût est estimé entre 2,5 et 3 milliards de dollars doit atteindre une capacité  de 30 000 barils par jour (bj), ce qui couvre les besoins ougandais en produits pétroliers. Une seconde phase prévoit une augmentation de capacité à 60 000 bj d’ici 2020.  

 

Le consortium choisi contrôlera 60% de la raffinerie, les 40% restants sont conservés par le gouvernement ougandais qui pourra en revendre une partie aux pays limitrophes (Kenya, Tanzanie, Rwanda et Burundi).

 

Un choix controversé

 

Rostec est un groupe diversifié présent entre autres dans la défense (Kalashnikov), la machinerie (Stankoprom), les biotechnologies (RT-Biotechprom), la chimie, l’automobile (Avtovaz), etc. Sa qualité d’exportateur d’armes a soulevé de nombreuses critiques des opposants à ce choix, critiques que le responsable du ministère en charge du processus a balayées en les qualifiant de « vieux cliché ».

 

Soixante-quinze groupes et consortiums avaient soumissionné à cet appel d’offres lancé en 2013, parmi lesquels nombre de candidats très sérieux comme Petrofac, Vitol, Samsung ou Marubeni. Les réserves du lac Albert, à la frontière avec la République démocratique du Congo, sont estimées à 6,5 milliards de barils. Elles seront exploitées par la compagnie pétrolière britannique Tullow Oil en partenariat avec Total et la China National Offshore Oil Company (Cnooc).


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -