imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le roi charbon a perdu sa couronne

Le 21 mars 2014 par Daniel Krajka


Une offre en hausse en Afrique du Sud, en Colombie et en Australie, une demande en Chine et en Europe qui fléchit, il n'en a pas fallu plus pour faire plonger les prix du charbon thermique.


Les négociations annuelles entre les compagnies d'électricité japonaises et leurs fournisseurs de charbon thermique ont commencé mi-mars. Cette année, c'est l'électricien Tohoku qui négocie avec Glencore Xstrata, le plus important producteur de charbon-vapeur. Selon colin Hamilton de Macquarie Research, le nouveau prix de base devrait s'établir à 82 dollars la tonne fob Australie. En baisse pour la troisième année consécutive, il aura encore perdu 13 dollars par rapport à 2013. Le nouveau prix de référence est le plus bas depuis cinq ans. 
 
La part du Japon dans le commerce mondial de charbon thermique est en baisse régulière depuis 2000 quand elle représentait 25%, derrière l'Europe qui en représentait 30%. La Chine est devenue le premier importateur de charbon (213 millions de tonnes), devant l'Inde, qui s'est hissée au niveau du Japon et de l'Europe. Le prix de référence japonais reste important car il s'applique à 60 Mt de charbon australien de bonne qualité livrées aux centrales japonaises. Les négociations pourraient trainer en longueur, dans l'espoir, pour les producteurs, d'un rebond des demandes chinoise et indienne.  
 
Une offre en hausse sensible
 
Les producteurs sud-africains de charbon ont profité en janvier 2014 de l'arrêt des livraisons de Drumond en Colombie pour augmenter leurs exportations, en particulier vers l'Europe, relève Francisco Blanch de Bank of America Merrill Lynch. En mars cependant, Drumond a recommencé ses livraisons en utilisant ses nouvelles installations portuaires. Le groupe avait continué à produire pendant l'arrêt des livraisons et devrait donc reprendre ses exportations à un rythme élevé, ce qui ne manquera pas de peser sur les prix. Après avoir été perturbées par des grèves en 2013 les exportations colombiennes, dopées par la montée en puissance des mines de Cerrejon, devraient rebondir à 80 Mt en 2014 et 85 Mt en 2015. 
 
 
En Australie, les producteurs continuent d'augmenter leur production malgré le recul des prix. L'offre est amplifiée par la chute des prix du charbon métallurgique. Les plus basses qualités sont désormais vendues aux centrales thermiques. Les ventes australiennes devraient grimper à 200 Mt en 2014 et à 210 Mt l'année suivante. 
 
 
La production chinoise de charbon thermique continue également de s'apprécier, mais à un rythme très modéré. Elle a atteint 3,7 milliards de tonnes en 2013. Ce sont les grandes sociétés charbonnières qui assurent l'augmentation de l'offre car les petits groupes, qui ne sont pas soutenus par les autorités locales, sont obligé de réduire leur production pour limiter leurs pertes financières. L'amélioration du réseau ferré devrait permettre une nouvelle hausse de la production en 2014 en réduisant les coûts de transport, prévoit Franciso Blanch.  
 
Une demande qui flanche
 
Les autorités chinoises ont annoncé en janvier un nouveau plan destiné à réduire la part du charbon dans la production d'énergie du pays. Elle devrait baisser à 65% en 2014 contre 65,7% l'année précédente. Assez cependant pour que la consommation de charbon augmente de 1,6% suite à la hausse attendue de la consommation d'énergie de 3,2%. Les importations chinoises de charbon thermique avaient augmenté de 11 Mt en 2013 à 212 Mt. Cette année, les producteurs chinois bénéficient de la faiblesse relative du yuan vis-à-vis du dollar, ce qui devrait peser sur les prix du charbon exporté d'Australie. 
 
En Europe, les tensions en Ukraine ne devraient guère favoriser le charbon. La production ukrainienne, 60 Mt, est consommée localement, rappelle la banque américaine. Des hausses du prix du gaz naturel ne favoriseront pas celui du charbon car les centrales thermiques en Europe utilisent déjà la houille au maximum de leurs capacités pour profiter de son prix largement inférieur à celui du gaz. Si la situation en Ukraine se stabilise, le reflux des cours du gaz pourrait par contre peser en retour sur les prix du charbon qui pourraient chuter sous les 70 dollars la tonne dès le deuxième trimestre. 
 
Aux Etats-Unis, c'est le rebond des cours du gaz qui a soutenu le prix du charbon remonté récemment à 60 dollars par tonne contre 56 dollars en février. Si l'écart de prix ente l'Europe et les Etats-Unis s'est fortement réduit, les volumes commandés continuent d'arriver car la logistique doit être utilisée. Toutefois, note Blanch, il n'est plus avantageux de vendre du charbon américain sur le marché européen et les exportations vont sensiblement baisser. 
 
Sur le marché Européen le prix de référence du charbon thermique – cif ARA: Anvers/Rotterdam/Amsterdam –  évolue depuis juillet 2013 dans une fourchette étroite, entre 80 et 85 dollars, rappelle Paolo Coghe de la Société Générale. Avec une offre supérieure à la demande la tonne cif ARA devrait baisser en 2014 à 80,6 dollars, un niveau sensiblement supérieur aux autres prix de référence, fob Richards Bay (Afrique du Sud) à 77,7 dollars et fob Newcastle (Australie) à 78,6 dollars, prévoit la banque française. Le surplus du marché devrait se réduire à partir de 2015, permettant aux prix du charbon de remonter progressivement au-dessus des 90 dollars dès 2017. Les prix en Europe, 93,9 dollars resteront supérieurs de 2 ou 3 dollars à ceux pratiqués en Afrique du Sud et en Australie.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -