imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le plomb dopé par la catastrophe nucléaire japonaise

Le 18 mars 2011 par Daniel Krajka


La demande de métal mou va profiter de la hausse des besoins d’accumulateurs industriels.

Si le cours de la tonne de plomb à trois mois est encore loin de son niveau record, à plus de 3 800 dollars atteint fin 2007, il se maintient cependant au-dessus des 2 500 dollars depuis le début de l’année. Le métal mou a mieux résisté à la correction subie par l’ensemble des non-ferreux en mars et a rebondi plus vivement que le cuivre ou le nickel, malgré des stocks au plus haut depuis 16 ans. Moins cyclique que les autres métaux, la demande de plomb a rebondi de 6% en 2010 après une baisse modeste de 1% en 2009. Tirée par la Chine et les grands marchés émergents, la consommation devrait s’apprécier en moyenne de 5% entre 2010 et 2014, prévoit Nick Moore de RBS.

 

L’accident nucléaire au Japon a ramené le cours du plomb à 10 dollars de son plus haut de l’année. Pour faire face aux coupures momentanées de l’approvisionnement en électricité qui devraient perturber une partie importante du pays pendant un semestre, les entreprises industrielles vont se tourner vers l’utilisation d’accumulateurs industriels contenant une quantité importante de plomb.

 

La tendance haussière du plomb est renforcée par le lancement prochain, le 24 mars, de la cotation à terme du plomb sur le Shanghai Futures Exchange (SHFE). La Chine est de loin le premier acteur du métal mou. En 2010, sa production de métal raffiné primaire représentait 36% de l’offre mondiale à 3,354 Mt. Sa consommation, en hausse de 9%, atteignait 4,213 Mt, soit 45% de la demande mondiale. En comparaison, le Japon ne représente pas plus de 2% de la demande et 3% de la production de métal raffiné. Les conséquences de l’augmentation de la demande japonaise de plomb devraient donc être « modestes », tempère Duncan Hobbs, de Macquarie. La demande japonaise était déjà en hausse, note l’analyste qui estime cependant que les fondamentaux du marché ne seront pas fortement modifiés.  

 

 



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation