imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La production chinoise de blé menacée par le froid sec

Le 09 février 2011
Blé d’hiver.
Blé d’hiver.
Michael Thompson – USDA

La Chine, deuxième producteur mondial de blé, pourrait voir sa production de blé d’hiver réduite dans le cas de la poursuite de la sécheresse dans ses principales régions productrices, le tout dans un contexte où le cours du blé est déjà à son plus haut depuis 2008.

Un manque anormal de précipitations depuis octobre 2010 touche la grande plaine du nord de la Chine, principale région productrice de blé d’hiver du pays. Cette sécheresse risque de retarder les récoltes en juin, indique un communiqué de la FAO du 8 février.

 

« Les faibles précipitations ont provoqué une diminution de la couche neigeuse, réduisant la protection des plants endormis contre les gelées meurtrières (températures inférieures à -18°C) entre décembre et février », précise le communiqué.

 

La Chine est le deuxième producteur mondial de blé après l’Union Européenne, selon le dernier rapport de l’OCDE : ses provinces les plus touchées par le manque de pluie (Shandong, Jiangsu, Henan, Hebei et Shanxi) représentent ensemble près de 60 % des surfaces cultivées et deux-tiers de la production nationale de blé. Sur les 14 millions d’hectares de blé d’hiver, environ 5,16 millions pourraient avoir été affectés, ont indiqué des sources officielles à la FAO.

 

Cette sécheresse dans le nord de la Chine participe à l’augmentation de la pression sur le cours du blé. En hausse de 14,21 % sur un mois, celui-ci est à son plus haut niveau depuis 2008, à 8,84 dollars par boisseau sur le CBOT le 9 février. Bien que la faible pluviométrie enregistrée dans cette région n’ait pas encore affecté la production de blé d’hiver, la situation pourrait devenir critique si un printemps sec venait à suivre, et/ou si les températures en février tombaient en-dessous des normales, précise la FAO.

 

Léopoldine Lanfrey

 

 

Dossier
L’ordinaire volatilité des cours des matières agricoles

- Les prix agricoles rejouent le scénario de 2008

- L'américain BlackRock, l’un des leaders mondiaux de la gestion d'actifs, mise sur les entreprises de services à l'agriculture.



- Le cacao rebondit sur fond de crise ivoirienne

- Cacao : pas encore de quoi s’affoler



- Emeutes en Algérie : les prix flambent, la rue aussi

- L’Algérie plafonne les prix du sucre et de l’huile



- La volatilité au centre des préoccupations du gouvernement

- L'Algérie se presse d'acheter du blé pour éviter les émeutes



- « Le cours du coton a atteint un niveau historique »

- L'effet météo pourrait provoquer des envolées des cours du blé



- L’agriculture argentine touchée par les grèves

- Nicolas Sarkozy veut réguler les prix agricoles



- Ouattara ordonne l’arrêt des exportations de cacao ivoirien

- Les économistes minimisent le rôle des spéculateurs sur la volatilité des prix



- Les pluies en Argentine sauvent une partie des récoltes

- Le cours du sucre proche de son record



- Prix des matières premières : Bruxelles admet le rôle de la spéculation

- « Des achats de céréales au jour le jour seraient très risqués dans les circonstances actuelles »



- La production chinoise de blé menacée par le froid sec

- « C’est au niveau mondial qu’il faut gérer les stocks de matières agricoles »



- Machinisme agricole : un SIMA 2011 sur fond de croissance

- « Arrêtons de considérer les denrées alimentaires comme les autres denrées »



- Le plus industriel des agriculteurs

- Barnier veut lutter contre les abus sur les marchés agricoles




Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -