imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

L’année de tous les records pour Vale

Le 25 février 2011 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Mines


Le mineur diversifié brésilien a bien profité du rebond du minerai de fer et des autres minerais où il est un acteur incontournable.

« C'est le meilleur résultat annuel de notre histoire, avec des chiffres historiques pour ce qui est du chiffre d'affaires, du résultat opérationnel, des marges opérationnelles, de la capacité à générer de la trésorerie et le résultat net », a résumé le mineur brésilien Vale, qui, à raison, qualifie sa performance de « stratosphérique ». Le numéro un américain de la mine affiche en effet un bénéfice net de 17,3 milliards de dollars, qui a plus que triplé en un an, établissant un record absolu dans le secteur minier, souligne le groupe dans un communiqué. Son ebitda n’est pas en reste, il a également plus que triplé à 26,1 milliards de dollars. Plus important, sa marge opérationnelle, 47,9%, est la plus importante parmi les grands mineurs. Son chiffre d’affaires a simplement doublé à 46,5 milliards de dollars. Ses résultats exceptionnels lui ont permis de réduire sa dette.

 

Vale a particulièrement profité de sa place de premier producteur mondial de minerai de fer.

 

En 2010, sa production a atteint 238 millions de tonnes (Mt), affichant une progression de 29,4%. La longue grève qui a stoppé sa production au Canada a entraîné un recul de 4,2% de la production de nickel raffiné à 179 000 tonnes. Les sous-produits du nickel ont également subi l’impact de la grève : les productions de cobalt (1 066 tonnes), de platine (35 000onces) et de palladium (60 000 onces) ont baissé de respectivement 32,3%, 65,8% et 60,5%.

 

La production de manganèse a par contre rebondi de 11,1% à 1,8 Mt et celle de ferroalliages a plus que doublé à 451 000 tonnes. L’offre de cuivre, limitée par la baisse de teneur du minerai extrait, n’a progressé que de 4,4% à 207 000 tonnes. Si la production de bauxite s’est appréciée de 15% à 14,332 Mt, celle d’alumine s’est effritée de 1,8% à 5,805 Mt. En baisse également, son offre de potasse a reculé de 7,8% à 662 000 tonnes. Ses productions de charbons métallurgique et thermique ont progressé de 21% à 3,057 Mt et de 32,5% à 3,832 Mt.

 

Afin de poursuivre sa croissance accélérée, Vale a consacré en 2010 pas moins de 12,7 milliards à sa croissance interne, en particulier dans le minerai de fer. Le groupe a également dépensé 6,7 milliards de dollars en acquisitions. « Nous vivons nos meilleurs jours. Toutefois, au vu de la taille et de la qualité de notre pipeline de projets de croissance, je crois bien que nous allons vivre des jours encore meilleurs », s’est réjoui Roger Agnelli.

 

Comme pour ses concurrents, les actionnaires ne sont pas oubliés. Ils vont directement recevoir 3 milliards de dollars de dividendes et, indirectement, bénéficieront de 2 milliards de rachat d’actions. En une décennie, rappelle Vale, le groupe a créé 154,5 milliards de valeurs pour ses actionnaires et leur a distribué 17,4 milliards en dividendes.

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -