imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Quand la Chine prend une décision

Le 20 novembre 2013 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Métaux ferreux


La plus grande importance du marché et celle réduite des entreprises d'Etat dans la fixation des prix et les allocations de capitaux aura des répercussions importantes sur les marchés de minerais et de métaux où la Chine est un acteur prépondérant.


"L'économie socialiste de marché a besoin à la fois du marché et du gouvernement, mais ces derniers jouent chacun un rôle différent", a expliqué le nouveau président chinois Xi Jinping lors de la troisième session plénière du 18e congrès du Parti communiste Chinois. Son prédécesseur Deng Xiao avait indiqué le changement de cours en déclarant "peu importe qu’un chat soit blanc ou noir, s’il attrape les souris, c’est un bon chat". Xi s'est contenté d'une phrase moins imagée, "tout prix qui peut être décidé par le marché doit être laissé au marché", mais les conséquences pour la Chine, devenue deuxième économie mondiale, pourraient avoir des répercussions plus importantes encore que l'ouverture décidée par Deng.
 
Le rôle du marché dans la répartition des ressources était défini comme "fondamental" depuis que le pays avait  décidé de bâtir une économie socialiste de marché en 1992. "Aujourd'hui, le comité central du Parti communiste chinois est convaincu que les conditions sont mûres pour donner une nouvelle interprétation théorique à cette question", a déclaré Xi Jinping. Sur les traces de Deng, Xi a également choisi le Guangdong pour l'ouverture d'une zone de libre-échange, approfondissant la politique de zones économiques spéciales dont le développement de Shenzhen est l'exemple le plus spectaculaire.  
 
Longuement attendue, la "Décision sur les grandes questions liées à l'approfondissement global des réformes", feuille de route de la troisième session plénière du 18e congrès du Parti communiste Chinois, regroupe une soixantaine de mesures économiques présentées comme les plus importantes des trente dernières années. Elle inclut des sujets qui auront des répercussions sur les marchés de minerais et de métaux, souligne Colin Hamilton de Macquarie Research. A court terme, des sentiments positifs soutiendront le minerai de fer et potentiellement la sidérurgie. La volonté affichée de reprendre le contrôle des finances locales pourrait cependant avoir des conséquences négatives pour la demande de métaux en 2014. Pour le charbon, l'analyste constate la volonté des autorités de déplacer vers l'ouest son exploitation, mais la crainte d'un alourdissement de la fiscalité obèrera une croissance rapide
 
Si, comme le rappelle la banque australienne, le premier communiqué (http://indices.usinenouvelle.com/matieres-premieres/la-chine-a-l-heure-des-reformes.4885) a été décevant, la Décision a démontré la forte volonté réformiste de Xi Jinping, ainsi que la compréhension du Politburo quant à ce que requerra le prochain stage du développement économique pour s'éloigner du modèle étatique. Si l'exécution du programme et son calendrier n'ont pas été définis, la Décision prend bien en compte l'ensemble des réformes qui étaient attendues: réforme financière, réformes des entreprises d'Etat, de la propriété de la terre, du hukou et de la fiscalité.  
 
A plus long terme les conséquences de cette batterie de réformes deviendront plus évidentes pour les métaux et les minerais, affirme Macquarie. Elle sera forcément décisive pour ces marchés avec une Chine qui assure au moins 40% de leur production et de leur consommation. A court terme ce programme va redonner confiance aux marchés chinois, une conséquence déjà constatable sur les marchés d'action. Ce qui devrait se traduire dans les semaines à venir par un sentiment positif – et des prix plus élevés – sur les marchés de futures du fer à béton et les marchés physique du minerai de fer. Les petits aciéristes n'ont que de faibles réserves d'intrants et le restockage devrait donc rapidement commencer. Avec la poursuite de l'urbanisation, le prix du minerai de fer pourrait grimper à 150 dollars CFR d'ici à la fin de l'année alors que les potentielles réductions de l'offre de charbon pourraient offrir un soutien aux prix sur le court terme. 
 
Le modèle économique doit changer, affirme Colin Hamilton, estimant que bien qu'il ne s'agisse pas d'une réforme globale des entreprises d'Etat, le gouvernement veut améliorer leurs pratiques opérationnelles. Eliminer les coûts excédentaires semble la solution la plus facile facile, à condition de ne pas craindre de heurter certains intérêts. Une plus grande transparence dans la fixation des prix sera mise en place par le recours au marché dans des secteurs clés comme l'eau, le pétrole, le gaz naturel et l'énergie, mais aussi dans les transports et les télécommunications. Le secteur privé sera mieux pris en compte dans l'attribution des  nouveaux projets. 
 
Pour résumer, les entreprises d'Etat devront se réorganiser ou être consolidées. Cette volonté de rationalisation devrait avoir un impact important dans le charbon et l'aluminium, deux secteurs dans lesquels les entreprises d'Etat ont les coûts les plus élevés. Sur ces marchés les prix en Chine offrent un plancher aux prix globaux. Des producteurs chinois plus efficients et plus compétitifs pèseront à moyen terme sur le niveau de ces prix globaux. Deux entreprises d'Etat semblent cependant avoir échappé aux mesures, note Hamilton, les réseaux d'électricité State Grid et Southern Grid, dont l'ampleur des investissements pour les cinq prochaines années écarte toute possibilité de la fin de leur monopole
 
La Décision envisage également la libéralisation des investissements à l'étranger des compagnies chinoises. De nombreux investissements de ce type, réalisés au cours de la décennie passée, dans les mines et les métaux par des entreprises d'Etat, n'ont guère été rentables économiquement, constate Macquarie. Les banques qui n'avaient pas rechigné à les financer seraient plus regardantes dans un environnement plus compétitif. Une opportunité pourrait s'ouvrir pour les compagnies privées d'investir dans des raffineries d'alumine ou des fours électrique pour produire de la fonte de nickel en Indonésie, et contourner ainsi les restrictions à l'exportation de minerai brut.    
 
Un grand chantier pour Xi est la réforme de la gouvernance locale. Les autorités locales sont responsables de la mauvaise allocation d'un considérable volume de capitaux mais une part importante de leurs prérogatives devrait leur être retirée. La restructuration du financement des projets locaux pourrait bien créer un décalage avant que le secteur privé ne prenne le relai. Le durcissement de la politique monétaire devrait être ressenti par les marchés d'ici à mi 2014, ce qui pèsera sur les cours des métaux. Macquarie attend en conséquence le prix du cuivre vers les 6 500 dollars au 2e trimestre 2014. 
 
Les réformes environnementales incluses dans la Décision, des mesures rarement évoquées dans les précédents plenums, soulignent leur importance grandissante. La sidérurgie, en particulier dans la région de Pékin, est la première ciblée. Les unités d'agglomération sont visées, ce qui devrait favoriser la consommation de lumps et de boulettes et accélérer les fermetures des capacités obsolètes. Les coûts de production plus élevés vont pénaliser leur compétitivité. Par contre, le charbon thermique ne devrait pas voir sa consommation réduite par les nouvelles préoccupations environnementales. Son importance est cruciale pour la croissance de l'économie et il n'y a pas d'alternative importante. Le gaz naturel devrait plus remplacer les produits pétroliers raffinés pour répondre aux besoins industriels que le charbon pour la génération d'électricité. Toutefois la hausse de la consommation de charbon-vapeur se fera dans l'ouest du pays, pas dans l'est. Ce qui posera un problème dans un marché global déjà en surcapacité. Cela accroitra également la pression sur le State Grid de poursuivre la construction de son réseau UHT, vorace en aluminium.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation