imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Cinq milliards d’euros de pertes pour ThyssenKrupp

Le 11 décembre 2012 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Métaux ferreux


Les résultats du sidérurgiste allemand ont été rougis par des investissements aussi colossaux qu’hasardeux aux Etats-Unis et au Brésil. Sa direction en a payé le prix ainsi que ses actionnaires qui seront privés de dividendes. 

 

ThyssenKrupp vient d’annoncer une perte pour l’année fiscale 2011-2012 largement supérieure aux prévisions les plus pessimistes. Sa perte nette pour l’exercice clôturé en septembre atteint 4,7 milliards d’euros, près de cinq fois supérieure aux prévisions des analystes, le consensus Reuters tablant sur une perte de 985 millions d’euros. Ce résultat s’explique avant tout par la nouvelle dépréciation de 3,6 milliards d’euros sur la division Steel Americas. Après des investissements d’une douzaine de milliards, les hauts fourneaux au Brésil et les laminoirs en Alabama sont en vente. 
 
Les résultats catastrophiques entrainés par les pertes liées à Steel Americas et des accusations de corruption avaient, juste avant la publication des résultats, poussé le conseil de surveillance du groupe à confirmer le départ de la moitié de ses six dirigeants exécutifs. « Le projet Steel Americas et les diverses violations du code de conduite n’ont pas simplement provoqué d’immenses préjudices financiers. Nous avons aussi perdu confiance et crédibilité », a déclaré Heinrich Hiesinger, le directeur exécutif de ThyssenKrupp. Pour la première fois de son histoire, le groupe allemenad ne versera pas de dividende à ses actionnaires. 
 
Heinrich Hiesinger a pris la tête du groupe en 2011 pour céder des actifs représentant plus de 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont la branche acier inoxydable Inoxum. Son prédécesseur avait perdu son poste pour avoir répondu trop lentement au mauvais choix que constituaient ses investissements aux Etats-Unis et au Brésil. Il a également été chargé de réduire une dette qui atteignait fin septembre 5,8 milliards d’euros. Ces objectifs ont été affectés par la petite santé de l’économie européenne, en particulier par le recul de la demande d’acier. Ils ont surtout subi les retards et l’explosion des coûts d’investissements de ses projets géants au Brésil et aux Etats-Unis. Supposé couronner le développement du sidérurgiste lorsqu’il a été lancé il y a une dizaine d’années, le projet Steel Americas lui a déjà coûté 5,7 milliards d’euros, si l’on inclut la dépréciation de 2,1 milliards de l’exercice précédent. 
 
En dépit de ces pertes abyssales, ThyssenKrupp affirme que sa situation financière est « sure », disposant de 6,7 milliards d’euros en numéraire ou équivalent et en lignes de crédit disponibles. Le groupe a cependant annoncé une réduction de ses coûts de deux milliards d’euros qui sera mise en place au cours des trois prochains exercices. Heinrich Hiesinger s’est dit confiant dans la vente prochaine des actifs Steel Americas pour lequel il compte recevoir la moitié de 7 milliards d’euros, le montant estimé précédemment dans le bilan du groupe. 
 
Steel Americas a subi une perte d'exploitation annuelle ajustée (ebit) de l'ordre du milliard d'euros. Le chiffre d'affaires du groupe– hors Steel Americas et Inoxum –, qui vient de reculer de 6% sur un an, devrait se maintenir autour de 40 milliards d'euros durant l'exercice en cours. Le bénéfice d'exploitation ajusté atteindrait alors 1 milliard d'euros contre 1,4 milliard pour 2011-2012. « Nous avons besoin de plus d’efficacité, de transparence et d’honnêteté à tous les niveaux », a souligné Heinrich Hiesinger, rappelant que ThyssenKrupp avait fait des progrès majeurs dans la restructuration de son portefeuille d’actifs. L’acier ne devrait plus représenter que 30% des ventes du groupe.
 

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation