imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Un siècle des métaux

Le 17 janvier 2013 par Daniel Krajka


En cent ans, l’acier a maintenu sa prépondérance dans la production de métaux. Avec un prix divisé par six, l’aluminium est celui qui a connu la plus forte croissance de sa production. La Chine a détrôné les Etats-Unis comme pays producteur et consommateur. 

 

A l’occasion de son centenaire, le Metal Bulletin est revenu sur cent ans d’évolution des métaux ferreux et non ferreux. Depuis la veille de la Première Guerre Mondiale, la population de la Terre a bondi de 1,7 à plus de 7 milliards d’habitants. Dans le même temps, tirée par l’urbanisation, l’industrialisation et la construction d’infrastructures, en particulier pour les transports, la production de métaux s’est appréciée en moyenne 4,1 fois plus vite. 
 
La production d’aluminium a été multipliée par 824 entre 1913 et 2012. Profitant successivement du développement des aciers inoxydables puis des aciers spéciaux et des superalliages, la demande de nickel a été multipliée par 52. L’acier était déjà le métal dominant il y a cent ans. Il a maintenu sa primauté avec une production 19 fois supérieure, 1,49 milliard de tonnes en 2012. Un changement notable, en 1913 le champion de l’acier était les Etats-Unis avec 35,6% de la production mondiale – primauté consolidée jusqu’aux années 1950 sa production représentant 42,9% de la sidérurgie mondiale en 1953 –, depuis quelques années la Chine est l’incontestable numéro un avec 45% de l’offre mondiale. Les Etats-Unis dominaient largement les productions de cuivre et de plomb en 1913, leur part s’est fortement rétrécie, le Chili étant devenue le premier producteur minier de métal rouge alors que la Chine produit près de la moitié du métal mou du monde. 
 
Le Metal Bulletin a utilisé les calculs du Bureau of Labour Statistics pour prendre en compte l’érosion monétaire dans les prix des métaux de 1913, basant ses calculs sur une valeur du dollar de l’époque équivalent à 23,25 dollars de 2012. Malgré une très importante volatilité au cours des 100 ans écoulés, la plupart des métaux avaient des prix guère différents de ceux d’aujourd’hui. La tonne de cuivre coûtait 7 952 dollars, celle de plomb, 2 255 dollars, et l’acier 698 dollars. Exception notable, l’aluminium coûtait encore cher en 1913, pratiquement six fois plus qu’actuellement, 12 090 dollars.
 

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation