imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Vers la fin de la guerre de la potasse

Le 04 décembre 2013 par Daniel Krajka


Après Mikhaïl Prokhorov, un autre oligarque russe, Dmitry Mazepin, s'invite au capital du producteur russe de potasse Uralkali. Un changement d'actionnaires qui devrait apaiser les rapports avec l'Etat biélorusse.


L'entreprise d'engrais russe Uralchem va monter au capital du producteur de potasse Uralkali à hauteur de 20%. Cette annonce arrive deux semaines après qu'Onexim, le holding de l'oligarque Mikhaïl Prokhorov, ait repris les 21,75% appartenant à Suleiman Kerimov. Uralchem compte racheter les 11,8% détenus par deux associés de Kerimov, Filaret Galchev et Anatoly Skurov, ainsi que des actions détenus par des actionnaires mineurs. L'opération devrait être rapidement conclue, affirment ses promoteurs. 
 
"L'acquisition de ces actions est pour nous un investissement stratégique et créera une valeur substantielle pour le groupe et ses actionnaires, a commenté Dmitry Mazepin, le président du conseil d'administration d'Uralchem, un proche du président Valdimir Poutine. Si son nouvel associé dans le capital d'Uralkali, Mikhaïl Prokhorov, a lancé un parti oppositionnel, la Plateforme Citoyenne, et s'est présenté à la dernière élection présidentielle, Mazepin représente le parti du président, Russie Unie, dans la région de Kirov. Natif de Minsk – devenue la capitale de la Biélorussie –, il a suivi les cours de son école militaire Suvorov, avant de servir comme interprète en Afghanistan, à la fin des années 1980. 
 
Le marché de la potasse avait été bouleversé depuis qu'Uralkali avait annoncé, en juillet, la rupture de l'accord qui le liait à Beraluskali. Les deux groupes formaient un cartel russo-biélorusse, contrôlant 40% de l'offre mondiale de potasse. Le changement d'actionnaires devrait pacifier les rapports entre les deux groupes, soutenus chacun par son Etat. Le directeur général d'Uralkali, Vladislav Baumgertner, en prison puis en résidence surveillée depuis août, avait été libéré par les autorités biélorusses dès l'annonce du départ de Kerimov.
 

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation