imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Regain d'intérêt pour la potasse russe

Le 26 septembre 2013 par Daniel Krajka


Après l'arrivée au capital d'Uralkali d'un fonds souverain chinois, de nouveaux investisseurs s'apprêtent à finaliser des offres alors que le directeur général du groupe russe est sorti de prison.


Les relations entre les deux géants russe et biélorusse de la potasse semblent se pacifier. En prison à Minsk depuis sa rencontre avec le premier ministre biélorusse, Vladislav Baumgertner, le directeur général d'Uralkali, n'est plus qu'assigné à résidence dans la capitale du pays. Cette décision était inattendue a expliqué son avocat, Dmitri Goriatchko, précisant que son client, qui a été autorisé à rencontrer sa mère, restait sous la surveillance d'agents des services de Biélorussie. 
 
Les autorités biélorusses avaient mis en prison le 26 août le dirigeant d'Uralkali après que la firme russe ait décidé de rompre l'accord qui le liait à Belaruskali. Ayant décidé de privilégier les volumes aux prix, la firme russe ne pouvait réaliser son programme qu'aux dépens de son ancien partenaire, dont les coûts de production sont sensiblement plus élevés. Officiellement, Vladislav Baumgertner est accusé d'avoir profité de sa double casquette de directeur exécutif d'Uralkali et de président du conseil de surveillance de BPC – la coentreprise avec Belaruskali – pour avoir détourné une centaine de millions de dollars. L'affaire a été évoquée en marge d'un sommet régional qui s'est tenu à Sotchi le 23 septembre par les présidents des deux pays, Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenko. 
 
L'oligarque russe Suleiman Kerimov, qui détient encore avec deux partenaires 33% du capital d'Uralkali s'apprêterait à vendre sa participation. Selon une personne proche du fonds Wade qui gère cette participation en Suisse, interrogée par le Financial times, pas moins de cinq investisseurs russes seraient intéressés par une participation d'au moins 25% dans le géant russe des engrais. Ce sont Mikhaïl Prokhorov, l'ancien copropriétaire de Norilsk, Dimitri Kogan, un haut-fonctionnaire, proche d'Igor Sechin, le président de Rosneft, Arkadi Rotenberg, un oligarque, ancien partenaire de judo de Vladimir Poutine ainsi que deux autres milliardaires qui ont fait une offre commune, Vladimir Evtushnkov et Mikhaïl Gusteriev. 
 
En Asie également la potasse russe ne laisse pas indifférent. Après le fonds souverain chinois qui vient de prendre 12,5% du capital d'Uralkali, deux autres groupes asiatiques se seraient montés intéressés par des participations comprises entre 10% et 15%, un fonds d'investissement et un groupe industriel. Parmi les russes, seul Prokhorov dispose des capitaux nécessaires à ses ambitions. Mais les banques occidentales sont prêtes à faciliter l'opération. La personne proche du dossier interrogée par le quotidien saumon insite, "l'argent n'est pas un problème", toutes les offres étant soutenues par des banques. Reste à connaitre la politique commerciale que mettraient en place les nouveaux actionnaires d'Uralkali. 
 

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation