imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Effervescence sur les produits agricoles

Le 01 avril 2014 par Franck Stassi


Les prix de plusieurs matières premières agricoles ont amorcé depuis le début de l’année un mouvement de hausse aussi fort qu’inattendu. Si certaines hausses restent contenues - 6 % pour le sucre, 8 % pour le cacao -, d’autres frappent par leur intensité : 12 % pour le blé, 15 % pour le soja. Signe de cette tendance, l’indice des prix alimentaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a enregistré en février sa plus forte progression en deux ans.

 
Cette hausse des prix contraste avec la situation observée au cours de l’année 2013, au cours de laquelle la plupart des produits agricoles ont perdu de leur valeur, à l’exception du cacao, de l’huile de palme et du coton. Les prix du sucre avaient décroché de 16 %, ceux du blé de 18 %, et ceux du café arabica de 23 %.
 
La reprise enregistrée depuis janvier « est principalement le reflet de divers événements spécifiques à ce secteur », constate Luke Mathews, analyste chez Commonwealth Bank. Ces facteurs sont d’origine climatiques mais également politiques, la situation tendue en Ukraine concourant à la hausse des prix des céréales. Le pays est aujourd’hui le troisième exportateur mondial de maïs et sixième exportateur mondial de blé. « Les ports travaillent selon leurs rythmes habituels, précise Elizaveta Malyshko, analyste pour le consultant ukrainien UkrAgroConsult. Toutefois, des conditions de financement difficiles pourraient affecter les semis de printemps. »
 
Le Brésil, puissance agricole elle aussi prééminente, participe également à ces hausses de prix. Le prix indicatif composite de l’Organisation internationale du café a gagné 50,5 % entre le 2 janvier et le 24 mars sous l’effet de la plus forte sécheresse enregistrée au cours des trente dernières années. Plusieurs régions ont reçu peu ou pas de pluie durant les mois de janvier et février, cruciaux pour le développement des cultures. L’impact de cet épisode devrait être en revanche limité sur le sucre, compte tenu de la hausse de la production prévue dans le Centre-Sud. Aux Etats-Unis, les cultures de blé d’hiver ont, elles aussi, été affectées par la sécheresse. La météo des prochaines semaines sera scrutée avec attention.

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation