imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Céréales... pas de quoi paniquer !

Le 13 septembre 2010 par Pascal Coesnon

Malgré la hausse des prix des matières premières agricoles, il n’y aura pas de crise alimentaire. Leurs niveaux restant très en deçà de ceux enregistrés en 2008.

 

 

« Nous ne redoutons pas de nouvelle crise alimentaire », rassure la Food and Agriculture Organization (FAO) dans son dernier rapport. Après la sécheresse et les incendies qui ont ravagé la Russie cet été, la décision du troisième exportateur et producteur mondial de suspendre ses exportations de céréales a fait paniquer les marchés, fait remarquer Roy Huckabay, un analyste du broker Lynn Group. Le boisseau de blé avait atteint 8,68 dollars le 6 août sur le Chicago Board of Trade, au plus haut depuis deux ans. Une hausse qui s’est répercutée sur les autres matières agricoles, telles le maïs ou le soja. Aujourd’hui, le boisseau de blé se négocie autour de 7,50 dollars, bien loin de son record historique touché au cours des émeutes de la faim de 2007-2008, à 13,344 dollars.

 

 

Il n’y a pas de problème de disponibilité de céréales. Les stocks sont élevés et, estimée à 2 238 millions de tonnes (Mt), la récolte mondiale de céréales sera la troisième plus importante de l’histoire. Pour le blé ; la FAO anticipe une récolte mondiale à 646 Mt, en recul de 5 % par rapport à celle de l’année dernière, mais il s’agira également « du troisième meilleur résultat jamais atteint ». La baisse de la production russe a été en partie contrebalancée par de meilleures récoltes aux Etats-Unis et en Chine. Quant à la récolte de céréales secondaires, elle sera supérieure à celle de 2009, et la deuxième plus importante de tous les temps. De son côté, la production de riz atteindra 467 Mt équivalent blanchi, soit 3 % de plus qu’en 2009, à un plus haut historique.

 

 

Bien qu’ayant atteint des niveaux supérieurs à ceux de l’avant crise de 2007-2008, les prix des principales matières agricoles alimentaires restent largement inférieurs à ceux enregistrés aux cours des émeutes de la faim. Les positions longues tenues par les fonds expliquent ce maintien des cours à des niveaux élevés, plus que les fondamentaux. Sur le Chicago Board of Trade, les positions non commerciales représentent 432 700 lots pour le maïs (un plus haut depuis avril 1996), 142 400 lots pour le complexe soja (au plus haut depuis février 2008) et 31 600 lots pour le blé au 7 septembre, indique la Commodity Futures Trading Commission (CFTC). Toutefois, depuis les pics de 2007-2008, les cours du blé ont aujourd’hui reflué de 44 %, ceux du maïs de 23 %, les prix de la graine de soja de 32 %, tandis que le jus d’orange concentré surgelé a reculé de 15 %. De leur côté, les cours du cacao ont chuté de 24 % depuis le début de l’année. Alors, pas de quoi paniquer.

 

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation