imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Xstrata repousse de trois ans son projet de mine de cuivre aux Philippines

Le 13 décembre 2012 par Daniel Krajka


 

Le gisement géant de cuivre et d’or de Tampakan ne pourra pas entrer en exploitation avant 2019. Un nouveau projet minier retardé, cette fois-ci pour des raisons règlementaires. 

 

Le projet Tampakan dans l’ile philippine de Mindanao représente l’un des plus importants gisements cuprifères non encore exploités. La compagnie minière Sagittarius Mines Inc. (SMI), responsable du projet, vient d’annoncer que la construction du site ne pourrait pas démarrer avant 2015, deux années plus tard que ce qui était prévu au calendrier. L’exploitation commerciale de la mine ne commencerait qu’en 2019, contre 2016 envisagé précédemment. Le projet, qui avait déjà subi diverses contraintes environnementales, est actuellement arrêté par une décision des autorités locales, interdisant les mines à ciel ouvert. Une décision qui va à l’encontre de la politique du gouvernement philippin, désireux de développer le secteur minier.

 

Avec un budget d’investissement de 5,9 milliards de dollars, Tampakan représente près de la moitié des 12 milliards de dollars qui devraient être investis dans le secteur minier du pays au cours des cinq années à venir. Plus important investissements étranger, le complexe aura une capacité annuelle de production de 340 000 tonnes de cuivre et de 360 000 onces d’or. Avec des réserves contenant 15 millions de tonnes de cuivre et 17,6 millions d’onces d’or, le gisement pourrait être exploité pendant 17 ans.

 

Le gisement a été découvert en 1994 par la compagnie minière australienne Western Mining Corporation. Présent dans le projet depuis 2003, Xstrata Copper (la branche cuivre du géant anglo-suisse) a exercé en décembre 2006 une option pour acquérir 62,5% de SMI qui contrôle le projet dont il détient 40%. Son partenaire est la compagnie australienne Indophil Resources qui possède les 37,5% restant de SMI. Les autres actionnaires du projet sont des acteurs locaux, Tampakan Mining Corp. et Southcot Mining Corp. L’étude de préfaisabilité a été achevée en décembre 2008.

 

Outre les installations minières le complexe de Tampakan comprendra une centrale thermique au charbon, une usine de filtrage, un port minéralier pour exporter le cuivre et l’or et importer du charbon, un convoyeur pour amener le concentré et des lignes à haute tension pour alimenter la mine en électricité.

 

Ce délai important dans la mise en activité de la mine n’a pas que des effets néfastes pour Xstrata. Réduire l’offre alors qu’après des années de tension sur le marché du cuivre les ouvertures de nouveaux projets vont se multiplier, ne peut que contribuer à soutenir les cours du métal rouge. Ses grands concurrents BHP Billiton et Rio Tinto viennent également d’annoncer qu’il était urgent de ne pas hâter le développement de leurs grands projets. 

Lire également : Les compagnies minières ont du cash, mais pas l’accord des actionnaires pour l’investir

 



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation