imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Métaux « stratégiques » : le Comes prend forme

Le 30 mars 2011 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Métaux critiques

Le ministre de l’Industrie, Eric Besson, a procédé ce matin à Bercy à « l’installation du Comes » (Comité pour les métaux stratégiques), un organe d’analyse et de dialogue sur les métaux critiques.

 

« L’approvisionnement en matières premières est un enjeu stratégique », a rappelé Eric Besson, le ministre chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, lors du point presse qui a suivi la mise en place du Comes (Comité pour les métaux stratégiques).

 

Font partie de ce comité, les représentants des différents ministères et des établissements publics concernés, les fédérations professionnelles et certaines entreprises liées au secteur minier comme Areva, Rhodia et Eramet, et l’ambassadeur pour l’Industrie, Yvon Jacob.

 

« L’accès durable et compétitif » aux métaux dits « stratégiques » est vital pour les industries consommatrices, a souligné Eric Besson, notant que les « événements tragiques du Japon » ont rappelé que l’utilisation du juste-à-temps aggravait les conséquences d’une rupture d’approvisionnement a priori mineure. C’est pour sécuriser l’approvisionnement en métaux stratégiques - une priorité pour le gouvernement - qu’a été créé le Comes.

 

Quatre sujets principaux ont été abordés durant cette séance inaugurale :

 

        L’identification des besoins de l’industrie en France. Un sujet sur lequel s’est déjà penché le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) qui a déjà réalisé des études sur neuf matières. L’Etat ne pouvant agir seul, les fédérations industrielles sont chargées de participer à cette identification des matières indispensables.

         L’identification des ressources avec la relance d’une « politique d’exploration minière ». Eramet et Areva vont renforcer leur politique d’exploration alors que des campagnes ont été et seront menées pour explorer les amas sulfurés des fonds marins. Le BRGM entame également une réévaluation de l’inventaire minier pour mieux connaître les ressources du territoire français.

        Le recyclage peut renforcer la sécurité d’approvisionnement. L’Ademe a étudié les possibilités de recyclage de 35 métaux stratégiques et va procéder à appels à manifestation d’intérêt sur des démonstrateurs technologiques de collecte, tri, recyclage et valorisation, puis sur l’écoconception. En outre, la recherche sera développée tant dans l’économie de matières que sur les nouvelles applications de ces métaux.

        L’aspect international de cette question a été abordée dans le but d’assurer un accès libre aux différentes matières premières, tant au niveau de l’Europe que de la France. SiEric Besson s’est réjoui de la prise en compte des métaux critiques par la Commission européenne, il a rappelé que les industriels français n’avaient pas les mêmes critères de criticité.

 

La question de la constitution d’un pôle minier (rapprochement des actifs d’Areva et d’Eramet) n’a pas été abordée lors de la réunion. Pas plus que celle de la constitution de stocks stratégiques, sur le modèle de ce que font le Japon, les Etats-Unis ou la Corée. Le Comes est une « instance de dialogue », a insisté le ministre, dont l’objectif est de guider et d’appuyer l’action des différents partenaires en leur offrant des outils d’analyse. « Ce n’est pas une instance de décision avec des pouvoirs propres », a-t-il conclu.

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation