imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le bout du tunnel pour Lynas ?

Le 25 juin 2012 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Métaux critiques


 

La raffinerie de terres rares construite par Lynas en Malaisie a reçu le feu vert des autorités. Mais les écologistes, soutenus par l’opposition, n’ont pas renoncé à faire capoter le projet. 

 

Finalisée en mai, la nouvelle raffinerie de terres rares construites par la firme australienne Lynas va peut-être enfin démarrer son activité. Une commission parlementaire de six membres a recommandé l’octroi d’une licence provisoire au projet. Cette autorisation devrait être validée par le parlement, permettant au site, dans lequel Lynas a déjà investi 750 millions de dollars de produire des terres rares hors de Chine pour la première fois depuis 30 ans. Le projet avait été validé par l’Agence internationale de l’énergie atomique et l’Atomic Energy Licensing Board.

Le site sera alimenté par du  minerai extrait de sa mine australienne de Mount Weld, transporté par vraquier jusqu’au port malaisien de Kuantan, dans la province de Pahang. Il est ensuite transporté par camions jusqu’au site de la raffinerie dans la zone industrielle de Geben. La production devrait atteindre 11 000 tonnes dès la première année pour grimper à 22 000 tonnes.

Cette décision n’a pas découragé des organisations écologistes qui ont fait appel de la décision. Si le premier Ministre, Najib Razak, a mis tout son poids derrière un projet qui pourrait représenter dès 2013 pas moins de 1% du Pib du pays, son principal opposant, Anwar Ibrahim, s’est engagé à rapporter cette décision s’il est élu.

Pour éviter ce type de situation lynas pourrait bien décider de construire une autre raffinerie en Western Australia a déclaré son directeur général Nick Curtis. La compagnie minière envisage le développement du gisement de Duncan, proche de sa mine de Mount Weld. Ce gisement est riche en terres rares lourdes plus recherchées que les terres légères. Une étude de faisabilité est en cours sur ce nouveau projet qui nécessitera 600 millions de dollars.

Et le site des organisations écologiques opposées au projet


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation