imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La Chine reconduit ses quotas d’exportation de terres rares

Le 20 décembre 2012 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Métaux critiques


Malgré l’effondrement des prix des terres rares et la réduction de ses ventes, la Chine pourra toujours en exporter autant.

 

Malgré des ventes à l’étranger au plus bas depuis une décennie, les autorités chinoises ont décidé de ne rien changer à leurs quotas d’exportation de terres rares. Les prix des terres rares devraient demeurer stables et mieux refléter leur vraie valeur, restant similaires en 2013 à ceux de 2012. Les volumes d’exportation ne devraient pas changer, a indiqué Liu Yinan, le vice-président de la Chambre de commerce des importateurs et exportateurs des métaux, minerais et produits chimiques. 
 
Selon les statistiques publiées par les douanes chinoises, la Chine a exporté durant les trois premiers trimestres de 2012 pas plus de 9 967 tonnes de terres rares, soit à peine un tiers des quotas d’exportations de l’année. Par rapport à l’année précédente, les volumes ont reculé de 11,5%. En valeur cependant, l’effondrement des prix des terres rares a fait plonger de 61,5% la valeur des ventes à l’étranger à 702 millions de dollars. Les économies d’emploi et les substitutions ont été efficaces. Alors qu’en 2003 les exportations chinoises atteignaient 70 000 tonnes, elles avaient chuté en 2011 à 16 900 tonnes. En 2012, ces exportations devraient encore reculer pour tomber à leur plus bas depuis une décennie, autour de 12 000 tonnes. 
 
Selon Liu Yinan, interrogé par le China Daily, le ralentissement de la croissance mondiale a entraîné une baisse des importations de terres rares, en particulier les deux plus grands pays consommateurs, le Japon et les Etats-Unis. De plus l’ouverture de nouvelles capacités, Lynas en Australie et en Malaisie, Molycorp aux Etats-Unis, va sensiblement augmenter l’offre globale alors qu’au Japon, et dans une moindre mesure en France, le recyclage ajoute à la production disponible. 
 
Le Japon va chercher les terres rares sous les eaux
 
Le nouveau gouverneur de Tokyo, Naoki Inose, vient d’annoncer son intention de subventionner un projet d’extraction de terres rares sous-marines, au large de l’île de Minami-Torishima, au sud-est de la capitale du Japon. Selon des experts locaux, rapporte l’Asahi Shimbum, le gisement identifié pourrait contenir 200 fois la consommation actuelle annuelle de terres rares du Japon.
 

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation