Métaux non ferreux

Le 17 mai 2010 à 15h 00 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Métaux non ferreux, Eramet, Vale, Chine

La demande chinoise ne va pas faiblir

Extrait :Métaux   Plus d’une vingtaine d’entreprises du secteur et des consultants ont participé au biannuel China Commodity Tour organisé par Macquarie fin avril. Les conférences se sont succédées à Hong Kong, Pékin, Shanghai et Ningbo. Première impression rapportée par les analystes de la banque australienne, le gouvernement a pris des mesures pour refroidir la croissance économique excessive en relevant les réserves obligatoires des banques et en prenant diverses mesures pour freiner la spéculation. Ces mesures devraient peser négativement sur la demande de matières premières, estime Bonnie Liu, une analyste de Macquarie, rappelant les conséquences de mesures similaires prises en 2007.   Si la croissance va bien ralentir lors des 6 prochains mois, les mesures destinées à encourager la consommation de biens durables vont rester en place et les investissements vont juste changer de destination. La construction de nouvelles grandes villes et la bonne tenue des exportations vont également soutenir la demande de métaux. La croissance devrait donc ralentir et non s’effondrer, et les baisses de prix ne devraient être que provisoires, explique Bonnie Liu. La visite de Ningbo a confirmé que si l’activité de construction s’est bien calmée à Pékin ou Shanghai, elle se poursuit à un rythme accéléré dans les villes de deuxième et de troisième rang. Le constructeur automobile Geely, dont les activités sont dans cette ville, table pour sa part sur une hausse de ses ventes en 2010 comprise entre 15 et 20%.   Cuivre   La plus importante nouvelle concernant le métal rouge est que le réseau électrique – 10 à 15% de la consommation en 2009 – va entreprendre de considérables investissements grâce à une augmentation de 50% de son budget pendant le 12 e plan quinquennal. Il faudra en particulier développer la transmission d’électricité de l’ouest vers l’est du pays. Sur le long terme, China Metals estime que la Chine sera toujours le principal moteur de la demande, mais avec un rythme de croissance moins rapide. Mais la production de concentrés continuera d’être en retrait par rapport à la demande des raffineurs. Ce qui entrainera une baisse des importations   de cuivre raffiné de 1 Mt à 2,1 Mt, mais une forte augmentation des achats de concentrés.   China Metals estime que la consommation réelle de cuivre en Chine n’a pas dépassé 5,6 Mt l’an passé, entrainant...

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Une question ? nous contacter

À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation