imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La Chine investit dans la bauxite guinéenne

Le 01 septembre 2011 par Daniel Krajka


Malgré les craintes d’un ralentissement de la croissance chinoise, les groupes industriels du pays continuent de faire leurs emplettes dans les pays riches en matières premières.

Le groupe énergétique chinois China Power Investment Corporation – qui assure 10% de la production d’électricité du pays – devrait ainsi investir 5,8 milliards de dollars dans un gisement de bauxite situé dans la région de Boffa en Guinée. A l’invitation des autorités guinéennes, une délégation de l’entreprise d’Etat chinoise a rencontré plusieurs dirigeants du pays entre le 16 et le 23 août. Après avoir rencontré le président de la République de Guinée, Alpha Condé, et son Premier ministre, Mohamed Saïd Fofana, un protocole de coopération entre les deux parties a été signé.

 

Il prévoit, outre l’exploitation du gisement de bauxite, la construction d’une raffinerie d’alumine, d’un port en eau profonde, d’une centrale électrique dédiée ainsi que d’autres ouvrages annexes. Les deux partenaires vont poursuivre leur coopération dans le cadre d’une lettre d’intention signée par le précédent gouvernement. Les travaux pourraient commencer dès 2012, l’étude de faisabilité étant achevée et le projet ayant reçu les autorisations environnementales d’usage.

 

« C’est un projet très important qui va se dérouler en deux phases », a précisé Yu Dehui, le vice-président du groupe China Power Investment Corporation, qui dirigeait la délégation chinoise. « A la première phase, on va produire 4 millions de tonnes d’aluminium et dans la deuxième phase, 8 millions de tonnes par an », a indiqué Yu Dehui, estimant que l’investissement pourrait à terme atteindre 10 milliards de dollars. Soulignant l’aspect positif du projet dans le « décollage de la Guinée », il a martelé qu’avec une production de 4 millions de tonnes, le nouveau complexe serait six fois plus important que Friguia, la raffinerie de Rusal. Des dizaines de milliers d’emplois seraient créés pour réaliser le projet, a rappelé un porte-parole du gouvernement.


Ce nouvel investissement dans les mines par une firme chinoise correspond bien à la politique de sécurisation des approvisionnements mise en place depuis plusieurs années par les sociétés utilisatrices et productrices de métaux. Premier consommateur et premier producteur d’aluminium, et continuant de construire des alumineries, la Chine est fortement déficitaire en bauxite. Le raffinage de la bauxite en alumine en Guinée répond également à la pénurie relative de la Chine en énergie. Cinquième producteur mondial de bauxite, la Guinée dispose de plus de 25% des ressources globales de minerai, selon l’USGS.



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation