imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Hausse des budgets d’exploration minière

Le 24 novembre 2011 par Daniel Krajka


Malgré cette hausse des budgets consacrés à l’exploration le nombre de grands projets arrivant en phase d’exploitation continue de se réduire.

Dans sa 22e édition du Corporate Exploration Stratégies le consultant Metals Economics Group a calculé que les budgets d’exploration dépensés par les sociétés minières spécialisées dans les non-ferreux en 2011, ont atteint 18,2 milliards de dollars, un nouveau record. Les non-ferreux, précise MEG, incluent les métaux de base, les métaux précieux, l’uranium et certains minéraux industriels. Par contre ils excluent le minerai de fer, le charbon et l’aluminium. Portés par des prix qui demeurent, malgré la correction actuelle, à des niveaux relativement élevés, ces budgets ont augmenté par rapport à 2010 de 6,1 milliards, soit une hausse de 50%.

La plupart des pays ont bénéficié de cette sensible augmentation des budgets exploration. Malgré les tensions liées au renouveau du nationalisme des ressources naturelles les compagnies minières n’hésitent plus à investir dans les pays à risques. Ces derniers ont reçu pas moins de 23% des sommes dépensées en 2011, soit prés de 50% en plus que les 16% qu’ils représentaient en 2010. Toutefois, note le consultant, c’est au stade préparatoire que les projets sont le plus facilement annulés, si la conjoncture se retourne.

Ce premier stade reçoit depuis plusieurs années environ un tiers des allocations totales de capitaux, un niveau historiquement bas. Ce déclin correspond à une hausse relative des dépenses consacrées aux phases finales des projets miniers destinés, soit à accroitre leur production, soit à les rendre plus attractifs à la vente. Cependant, le nombre de grands projets arrivant au stade de l’exploitation n’a pas crû au même rythme que les investissements qui leurs sont consacrés. Une situation qui va continuer de restreindre l’offre de minerais, prévoit MEG.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation