imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Fin de la grève de Grasberg

Le 04 janvier 2012 par Daniel Krajka


Les entreprises sous-traitantes ayant levé les menaces contre les mineurs ayant participé à la grève, le travail reprend progressivement dans la mine de Freeport McMoRan.

Bien qu’un accord ait été trouvé entre le géant minier Freeport McMoRan Copper & Gold et les syndicats le 14 décembre dernier, le travail n’avait pas repris. Plusieurs compagnies sous-traitantes avaient en effet procédé à des sanctions contre des grévistes. En particulier, PT Kuala Pelabuhan avait licencié 18 travailleurs et en avait menacé 101 autres. Cette société emploie 2 100 salariés et est responsable de la gestion du port de Freeport, par où transitent les concentrés en provenance de Grasberg ainsi que du transport routier. C’est le responsable de la police de Mimika, dans la partie indonésienne de la Papouasie, où est située la mine, qui a dû intervenir en tant que négociateur officieux.

Les menaces officiellement levés, les travailleurs ont commencé à reprendre le chemin de la deuxième mine de cuivre du monde, située à 4 000 mètres d’altitude. Plus de 500 mineurs ont déjà été transportés jusqu’à la mine par autocar depuis la grande ville la plus proche, Timika, située à 100 kilomètres, a indiqué un délégué syndical à Reuters.

Après une grève qui aura finalement duré trois mois, Freeport McMoRan avait été obligé d’accorder aux 8 000 grévistes une augmentation de salaire d’environ 40%, qui, bien qu’inférieure aux demandes du syndicat, est néanmoins substantielle. Un accord cadre visant à l’augmentation des salaires des 15 000 travailleurs non-syndiqués ou salariés des entreprises sous-traitantes a également été signé. Globalement, la grève aurait entraîné une réduction d’au moins 125 000 tonnes de cuivre de la production de la compagnie minière basée en Arizona, estime un rapport de l’Economist Intelligence Unit.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation