imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

BHP revend une mine de cuivre américaine

Le 29 avril 2013 par Daniel Krajka


Le géant minier va vendre un nouvel actif pour 650 millions de dollars à une compagnie canadienne de deuxième rang.

 

Poursuivant son programme de cessions, la compagnie minière diversifiée BHP Billiton a signé un accord définitif de vente de son complexe d’exploitation minière de Pinto Valley au groupe Capstone Mining. Pour une somme totale de 650 millions de dollars, Capstone acquerra outre la mine de cuivre, la ligne de chemin de fer qui lui est associée, San Manuel Arizona Railroad Company. La transaction, qui doit encore recevoir l’aval des autorités compétentes, devrait être finalisée au cours du deuxième semestre 2013. 
 
Le nouveau propriétaire assumera toutes les contraintes environnementales de l’exploitation. Les salariés de la mine et du chemin de fer deviendront salariés de Capstone. La compagnie basée à Vancouver (Canada) possèdera ainsi trois mines de cuivre et doublera pratiquement sa production de concentré de cuivre et de cathodes. Située dans l’Arizona, à l’est de Phoenix, Pinto Valley est une mine à ciel ouvert de 130 à 150 millions de livres de concentré de capacité, plus 10 millions de livres de cathodes. Ses coûts de production sont relativement bas, 1,80 dollar par livre pour un cours actuel de 3,19 dollars, souligne Capstone dans un communiqué. 
 
"La vente de Pinto Valley est une excellente issue pour les actionnaires de BHP Billiton", s’est réjoui le président de la branche cuivre de BHP, Peter Beaven. Et, effectivement, les analystes n’attendaient pas une vente à un tel niveau. Deutsche Bank estimait la valeur de Pinto Valley à 274 millions de dollars, alors que pour UBS la vente pouvait rapporter 500 millions. Dans un contexte de baisse généralisée des prix des matières premières, les analystes considéraient que les grands mineurs diversifiés trouveraient difficilement acquéreurs pour leurs vastes programmes de cessions d’actifs non stratégiques. Les petites compagnies minières, les juniors, peinent à trouver des financements et les compagnies chinoises sont devenues plus prudentes.  
 
Malgré ce contexte, BHP a déjà procédé à 5 milliards de dollars de cessions en douze mois, a rappelé Peter Beaven. Le groupe anglo-australien a déclaré en début d’année avoir l’intention de procéder à une dizaine de cessions d’actifs en 2013. 
 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation