imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les banques défendent leur rôle dans les marchés de commodités

Le 19 septembre 2013 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Commodités


Accusée de manipuler les cours, de restreindre l’accès de certains marchés les banques d'affaires ont financé un rapport justifiant leur rôle sur les marchés des matières premières.


Un nouveau rapport, financé par les institutions de Wall Street, tente d'affaiblir les critiques qui s'élèvent contre le rôle des banques d'affaires dans les marchés physiques de matières premières. Un sénateur américain, Sherrod Brown, avait déjà tenu une audition sur la relation entre les banques et les commodités et les autorités politiques et règlementaires. Les organismes de contrôle avaient commencé à prendre des mesures pour interdire aux banques d'intervenir directement sur l'approvisionnement en matières premières en possédant des pipelines ou des entrepôts où sont stockés les métaux du LME. 
 
Rédigé par le consultant IHS et sponsorisé par la Securities Industry and Financial Markets Association, le lobby des institutions bancaires, le rapport affirme que les efforts pour limiter le rôle des banques dans les marchés de matières premières pourraient bien être négatifs pour leurs clients industriels ou commerciaux. "Les banques jouent un rôle clef en rapprochant les vendeurs et les acheteurs et en offrant des financements", a insisté Kurt Barrow, le vice-président d'IHS and coauteur du rapport, dans une interview téléphonique avec Bloomberg. "On ne peut clairement affirmer qui pourrait les remplacer et jusqu'à quel point", met, toutefois, en garde le rapport. 
 
Les législateurs du parti Démocrate, la Réserve fédérale, la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) et d'autres organismes de régulation tentent actuellement de limiter la place des banques dans ces marchés. Première visée, Golman Sachs a rétorqué par la voix de son directeur exécutif, Lloyd C. Blankfein, lors d'une interview avec la chaine CNBC, que "le rôle que nous jouons dans ce secteur est très très important pour les utilisateurs de ce marché". Les revenus que tirent les 10 plus importantes banques d'affaires dans ce secteur ont baissé de 25% par rapport à l'année précédente lors du 1e semestre 2013. Ils n'étaient plus que de 2,7 milliards de dollars selon les calculs de la firme d'analyse Coalition. 
 
La Fed envisage de revenir sur une décision datant de 2003 et permettant aux banques d'acheter et de vendre des matières physiques et pas seulement des contrats. La CFTC a lancé des injonctions à l'encontre de Goldman Sachs, JPMorgan et d'autres détenteurs d'entrepôts suite à une plainte du brasseur MillerCoors. Comme d'autres utilisateurs de métaux de base, - en particulier de l'aluminium-, Coors affirme que les énormes volumes stockés sont peu disponibles ce qui soutient le niveau des cours et le montant des primes de livraison. Une commission sénatoriale sous l'autorité du sénateur Carl Levin enquête sur les conflits d'intérêts et des manipulations de prix par les banques. 
 
JPMorgan a décidé d'abandonner ce secteur, comme d'autres banques avant elle . Elle a décidé de payer sans plus attendre une amende de 410 millions de dollars, imposée pour avoir manipulé des cours sur le marché de l'électricité. Goldman Sachs semble décider à se battre, affirmant que son activité sur les marchés de commodités est majeure.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation