imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Alcoa se désengage de ses activités aval

Le 26 avril 2007 par Rédaction L'Usine Nouvelle
alcoa
alcoa

L'entreprise américaine a l'intention de se concentrer sur la production d'aluminium et les activités liées à l'aéronautique.

L'aluminier américain Alcoa vient d'annoncer qu'il étudiait la scission de ses activités dans l'emballage et les produits de grande consommation et qu'il étudierait des alternatives stratégiques pour ses activités de produits destinés aux secteurs de la construction électrique et de l'électronique, ainsi que pour celle de pièces automobiles.

Le secteur emballages et produits de grande consommation d'Alcoa emploie 10 000 salariés dans 22 pays avec un chiffre d'affaires en 2006 de 3,2 milliards de dollars pour un profit opérationnel après impôt de 95 millions, soit respectivement 10 et 3 % des résultats globaux de la firme de Pittsburg. Un secteur qui, comme l'a fait l'an denier son concurrent canadien Alcan, aurait dû être revendu depuis longtemps, estiment les analystes. La nouvelle a d'ailleurs été saluée par les marchés qui ont fait grimper l'action Alcoa de 6,5 %.

Reynolds Wrap, l'une des divisions qui devrait être revendue était une entreprise particulièrement profitable avant d'intégrer Alcoa. La scission des opérations en aval, qu'il n'a jamais su rendre profitables, serait favorable à l'aluminier, estime l'analyste de JP Morgan, Michael Gambardella. Elle le placerait en meilleure position pour bénéficier des solides fondamentaux de l'aluminium.

Alcoa étudie également le moyen de se désengager de ses activités ayant un rapport avec l'industrie automobile, et les constructions électrique et électronique qui ont un chiffre d'affaires combiné de 1,6 milliard de dollars mais ne sont que marginalement profitables. Les fonds de private equity ont été particulièrement actifs dans les rachats de sociétés liées à l'emballage.

Ce désengagement des activités les moins profitables devrait libérer des fonds importants qui permettront à l'aluminier de se recentrer sur le secteur plus porteur de l'aéronautique et des produits à plus haute valeur ajoutée. Les décisions stratégiques concernant ce recentrage devaient être prises d'ici la fin de 2007, précise Alain Belda, PDG d'Alcoa.

La valeur globale des cessions à venir pourrait se monter à 4,4 milliards de dollars, dont 3,3 milliards pour le seul secteur de l'emballage, calcule Mark Liinamaa, de Morgan Stanley. Le 2 mai, Alcoa doit organiser une conférence sur l'aéronautique où l'entreprise fera le point sur l'impact de ce secteur sur ses résultats, ainsi que sur les progrès de ses opérations en Russie, rappelle l'analyste.

Ce recentrage sur les activités minières et métallurgiques - mis à part le développement des activités liées à l'aéronautique - pourrait raviver la convoitise des grands de l'industrie minière, toujours plus intéressés par ce « business model ». Disposant des sommes considérables produites par les colossaux profits amenés par le supercycle des matières premières, BHP Billiton, Rio Tinto, Anglo American, Xstrata ou CVRD sont toujours à l'affut d'opportunités de rachat dans leur secteur de prédilection.

Daniel Krajka

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation