imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

"Nous prévoyons une production mondiale de céréales en baisse de 2 %"

Le 05 mai 2014 par Franck Stassi
* Mots clés :  Entretien, Produits agricoles
Helen Henton
Helen Henton

ENTRETIEN 

Entretien avec Helen Henton, chef économiste au Conseil international des céréales.


Beaucoup d’incertitudes planent sur le marché des céréales. Comment cette situation affecte-t-elle les prix ?
Les marchés des céréales sont confrontés à un certain nombre d’incertitudes, une météo dégradée au Brésil et aux Etats-Unis, la situation politique dans la région de la Mer Noire, etc., ainsi que celles liées aux conditions météorologiques aux États-Unis. La sécheresse persistante dans les plaines du Sud a eu un impact négatif sur le blé d’hiver, notamment dans l’Oklahoma et le Texas. Certaines régions de cultures du maïs ont été par ailleurs affectées par un temps trop froid et humide, ce qui a retardé les semis. Les marchés de la mer Noire continuent pour leur part à être soutenus par les tensions politiques.
 
L’offre de céréales de la région de la mer Noire pourrait-elle reculer lors de la prochaine campagne ?
La région de la mer Noire joue un rôle très important pour l’approvisionnement en blé et en maïs. La Russie et l’Ukraine représentent ensemble plus d’un quart des exportations mondiales de blé, et l’Ukraine est aujourd'hui le troisième plus grand exportateur de maïs avec 16 % du marché mondial. Quelle que soit la situation politique, les cultures céréalières russes et ukrainiennes reculeront en volume lors de la prochaine campagne. En Ukraine, les semis ont été freinés par un temps humide à l’automne. De plus, des contraintes financières sont susceptibles de restreindre les achats de semences et d’autres intrants. Les agriculteurs ne devraient pas autant semer que lors de la précédente campagne. En dépit de la forte demande internationale, nous prévoyons une baisse de 13% des expéditions combinées de blé de ces deux pays en 2014-2015.
 
Quel serait l’impact sur les marchés céréaliers de la survenue d’un phénomène El Niño ?
Divers organismes météorologiques ont indiqué, au cours des derniers mois, qu’un tel phénomène est de plus en plus susceptible de survenir cette année. El Niño serait typiquement associé à la diminution des précipitations dans certaines parties de l’Inde et de l’Australie, et à des pluies plus abondantes sur le continent américain. Toutefois, s’il survient, son intensité peut varier considérablement. Il y a beaucoup d’autres facteurs qui influent sur les conditions météorologiques et l’impact sur la production est difficile à prévoir : El Niño n’a pas toujours été associé à des changements significatifs en termes de production.
 
Vos prévisions de production pour la campagne 2014-2015 se confirment-elles ?
Nous prévoyons une production mondiale de céréales d’un total de 1935 millions de tonnes, en baisse de 2 % sur un an. Ce chiffre est légèrement inférieur à nos prévisions initiales, principalement en raison d'une récolte de maïs des États-Unis plus faible que prévu.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation