imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

« Nous envisageons une baisse des importations chinoises de coton »

Le 26 juillet 2013 par Franck Stassi
* Mots clés :  Entretien, Produits agricoles


ENTRETIEN 

Entretien avec Sheng Duanmu, consultant pour Agritel à Shanghai (Chine).

 

Les importations chinoises de coton devraient passer de 20 Mb en 2012-2013 à 11 Mb en 2013-2014 selon l’estimation du  ministère américain de l’Agriculture. Quelles sont les raisons de cette chute ?

 
Deux raisons peuvent expliquer cette baisse des importations. D’une part, les stocks de coton sont très importants en Chine. Ils représentent près de 60% des stocks mondiaux. D’autre part, la filière textile est vraiment orientée vers l’export : les gros consommateurs comme l’Europe et les Etats-Unis sont touchés par une situation économique morose. Nous envisageons donc une baisse des importations de coton de la Chine.
 

Quel est le bilan de la campagne 2012-2013 ?

A la suite des collectes étatiques, environ 90% du coton produit pendant la campagne 2012-2013 en Chine est stocké par l’Etat. Les prix d’achat proposés par les autorités chinoises sont plus élevés que les prix mondiaux. Ce pays  produit, certes, beaucoup de coton, mais il en importe également en grandes quantités. De plus, compte tenu des négociations sur les prix avec les acheteurs mondiaux, la marge de manœuvre des filatures chinoises est assez faible.
 

D'après le Comité consultatif international du coton, la Chine réduirait ses réserves de 8 millions de tonnes à partir de la fin du mois de juillet. Ce mouvement est-il passager ?

 
Réduire les stocks de coton à très court terme ne me parait pas crédible. Une source officielle a récemment évoqué un plan de réduction des stocks, mais à un horizon de trois à quatre ans. Effectuer de nombreux mouvements sur les stocks s’avère par ailleurs difficile, le coton étant entreposé dans l’Ouest, l’Est et le centre du pays. Il faut toutefois souligner que l’Etat chinois se sert, depuis le début de l’année 2013, des stocks pour approvisionner des filatures, et ce jusqu’à la fin du mois de juillet. Les opérateurs surveillent une éventuelle prolongation de cette vente d’une partie des stocks, car ce facteur peut influencer les prix en Chine. Si la vente des stocks se termine fin juillet, les filatures chinoises devront se retourner vers le marché international pour la période août-septembre, et dans l’attente de la récolte de coton 2013.
 
Comment la politique chinoise de thésaurisation du coton se répercute-t-elle sur les prix ?
 
L’Etat fixe depuis 2011 un prix minimum d’achat. Pour la campagne 2013-2014, il est d’environ 20 400 yuans la tonne. Depuis 2011, il a subi peu de variations. Les prix domestiques en Chine sont élevés, et maintiennent les prix du coton international.  D’autant que d’importants coûts de production influencent les prix du coton. En Chine, la production de coton exige beaucoup de main d’œuvre. Le recours à la mécanisation est faible, à la différence du blé ou du maïs.
 
Les prix du coton en Chine poussent les entreprises à se fournir à l'étranger. La politique gouvernementale de stockage a-t-elle atteint ses limites ?
 
La réduction des stocks, annoncée par des sources officielles, pourrait signifier qu’il n’est plus intéressant pour l’Etat chinois de poursuivre cette politique. Celle-ci bloque le marché domestique. Les prix étant plus élevés en Chine que dans les autres pays, les entreprises sont démotivées par les prix domestiques, et s’approvisionnent sur le marché international. L’Etat chinois cherche à modifier cette politique de stockage à partir de la campagne 2014-2015. En attendant, la politique de collecte se poursuivra pour la campagne 2013-2014.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation