imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

"Les juniors en mal de financement"

Le 25 février 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Entretien
Lee Downham
Lee Downham

ENTRETIEN 

Entretien avec Lee Downham, associé du consultant EY et responsable du secteur transaction mines et métaux.


Quelle est l'importance des juniors* dans l'exploration minière et la production ?
Elle est particulièrement importante, d'autant que les grandes compagnies minières ont massivement réduit les montants dépensés dans l'exploration. Toutefois, cette importance ne sera probablement ressentie qu'à moyen terme. Les marchés resteront en surplus à court-terme pour de nombreux métaux.
 
La situation financière des juniors est-elle catastrophique ?
Il est devenu incroyablement difficile pour un junior de se financer en levant des capitaux en bourse par des introductions. Alors que les sommes n√©cessaires au financement d'un projet continuent de s'appr√©cier, trouver ¬†des capitaux est toujours plus difficile √† trouver, √† l'exception des projets les plus prometteurs. Il y a certes des formes alternatives de financement ‚Äď contrats d'enl√®vement (streaming), d'achats (off-take) de minerais, royalties, qui offrent un paiement anticip√© ‚Äď mais le montant disponible des financements alternatifs reste significativement plus r√©duit que les volumes de capitaux lev√©s historiquement sur les march√©s d‚Äôactions par les entreprises du secteur.¬†
 
Restent-ils des cibles intéressantes malgré une valorisation déprimée ?
Certes, les juniors restent des cibles, mais le nombre d'acheteurs potentiels n'est plus aussi important que par le passé. Beaucoup des grandes compagnies minières ont leurs propres projets greenfield (nouveau projet) et brownfield (agrandissement de projet déjà en activité), dont le développement est retardé. Il n'y a donc pas de forte volonté de multiplication des nouveaux projets miniers. 
 
Les compagnies originaires des pays émergents sont-elles intéressées par l'acquisition de juniors ?
Lors des deux dernières années, l’appétit pour ce type d'acquisitions semble en recul, particulièrement chez les groupes chinois. Nous attendons un regain des opérations. Ils sont souvent plus intéressés par les capitaux nécessaires pour développer le projet que par l'acquisition. 
  
Le rebond de l'indice S&P/TSX Venture Composite Index** offre-t-il un signe positif aux juniors ?
Il est toujours difficile de tirer trop de conclusions de l'évolution de ce type d'indices. Les tendances changent  à court terme. Généralement, elles ne reflètent pas une amélioration de la confiance dans le secteur ou un plus grand appétit du risque pour les investisseurs.  Mais une hausse des cours de ses  actions sera positive pour tout junior. Elle lui offre une valeur boursière plus stable et elle augmente sa capacité à lever des financements. 
 
* les juniors sont les petites compagnies minières spécialisées dans l'exploration et la découverte de nouveaux gisements.   
** indice de référence des petites sociétés non cotées à la bourse de Toronto, comprenant principalement des juniors

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicit√©- Conditions g√©n√©rales d'utilisation