imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

"Le Brésil a les capacités suffisantes pour devenir le premier producteur mondial de soja"

Le 13 mai 2014 par Franck Stassi
* Mots clés :  Entretien, Produits agricoles
Aline Ferro
Aline Ferro

ENTRETIEN 

Entretien avec Aline Ferro, analyste pour le consultant brésilien en agriculture Céleres.


Comment évolue la superficie agricole mondiale consacrée aux oléagineux ?
Elle s’accroît. Selon les données de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, elle a augmenté de 31 % entre 2001 et 2012. Les surfaces de soja ont gagné 37 %, ou, en moyenne, 3 % par an. La croissance annuelle moyenne de la zone de colza était de 3,9 % au cours de la même période, et de 3,5 % pour la superficie allouée aux graines de tournesol. Le soja étant la principale culture de ce groupe (elle représente 48 % de la superficie totale des cultures d’oléagineux), la principale raison de cette croissance est la forte demande en protéines animales. En outre, il y a eu une demande plus forte pour les biocarburants.
 
Comment l’augmentation des coûts de production affecte-t-elle la production d’oléagineux dans le Mercosur [Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay, Venezuela et Bolivie] ? 
Le niveau plus élevé des prix des oléagineux et des céréales, dopé par une forte demande, a permis aux agriculteurs du Mercosur de développer leur production d’oléagineux au cours des dernières années. Cette situation vaut notamment pour le Brésil, où il est possible de cultiver deux récoltes par an, principalement du soja pendant l'été et du maïs en hiver, dans les principales régions productrices. Ce niveau de prix élevé est essentiel pour permettre aux producteurs de maintenir leur rentabilité.
 
Selon vous, le Brésil a-t-il les capacités suffisantes pour devenir le premier producteur mondial de soja ? 
Certainement. Actuellement, le Brésil est le deuxième plus grand producteur de soja (85 millions de tonnes en 2013-2014), mais à seulement quelques millions de tonnes des États-Unis (89,5 Mt). Il est par ailleurs le premier exportateur de soja. Les premières estimations indiquent que la production de soja au Brésil devrait atteindre environ 90 Mt en 2013-2014, mais des pertes devraient être enregistrées en raison du temps très sec survenu dans certaines régions en janvier et en février. Le Brésil a un fort potentiel pour un accroissement du rendement moyen et l’extension des zones cultivées sans interférer sur les zones protégées. Au cours des dernières campagnes, la production de soja du Brésil représentait environ 30 % de la production mondiale. Pour les cinq prochaines années, nous nous attendons à ce que cette part passe à 32 %.
 
Les infrastructures logistiques peuvent-elles contrarier cet objectif ? 
Les infrastructures actuelles peuvent être un goulot d'étranglement pour l’accroissement des exportations. Des investissements élevés dans les ports, les routes et les voies navigables, notamment dans la région du Nord, sont en train d’être réalisés. Bunge a par exemple inauguré en avril une nouvelle voie d’exportation du soja par l’État du Pará [situé au nord du pays], et plusieurs entreprises investissent dans les terminaux portuaires et les bateaux.

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation