imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

"La volonté de l'Indonésie d'enrichir sur place son minerai ne va pas varier"

Le 11 février 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Entretien


ENTRETIEN 

Entretien avec Mike Elliott, global mining leader d'EY


Quelle est l'importance de l'Indonésie dans les livraisons de minerais à la Chine ?
L'Indonésie est un fournisseur majeur, en particulier pour la bauxite et le minerai de nickel, secteurs dans lesquels elle assure plus de la moitié des importations chinoises. 
 
L'interdiction des exportations de minerais peut-elle demeurer en l'état, ou le gouvernement va-t-il trouver des ajustements ? 
L'Indonésie a instauré divers embargos sur ses exportations depuis l'annonce de la loi minière de 2009. Si, à plusieurs reprises, l'exigence d'enrichir sur place le minerai a été retardée, la politique du gouvernement n'a pas varié si ce n'est quelques exemptions pour les gros producteurs de cuivre. A ce stade, cette politique ne devrait pas varier. 
 
Les compagnies chinoises, ou d'autres pays, sont-elles prêtes à construire rapidement des capacités de traitement des minerais – fonderies et raffineries – en Indonésie ? 
Quelques producteurs de métaux ont déjà donné leur accord pour construire des fonderies. Ils seront alors autorisés à exporter des minerais avant cette construction et en plus du minerai traité lorsque les fonderies seront en activité. De nombreuses autres compagnies ne sont pas prêtes à s'engager à investir le capital nécessaire en Indonésie. 
 
Le gouvernement chinois peut-il utiliser cette relative pénurie de minerais pour accélérer la fermeture de capacités obsolètes et voraces en énergie ? 
Bien que le retrait d'importantes quantités de minerais puisse créer des tensions, il existe des capacités suffisantes pour que d'autres fournisseurs remplacent ces volumes manquants. Il devrait toutefois y avoir un effet positif sur les prix. Globalement, cette situation pourrait ne pas entrainer de réduction des capacités des fonderies mais baisser les coûts de traitement (TC/RC). 
 
Les importateurs de minerais peuvent-ils trouver des alternatives dans d'autres pays ? 
Les compagnies chinoises iront en Australie et en Guinée pour la bauxite, aux Philippines pour le minerai de nickel. D'autres pays comme l'Afrique du Sud et le Zimbabwe ont l'intention d'obliger les compagnies minières à enrichir sur place leur minerai. 
 
Cette politique va-t-elle bénéficier à l'Indonésie et aux autres pays miniers ?
A long terme, cette politique pourrait provoquer une mauvaise allocation des investissements. Si le pays dans lequel le minerai est extrait était le plus propice à son traitement, les compagnies minières auraient déjà fait ce choix. Imposer l'enrichissement du minerai dans le pays où il est extrait va entrainer des coûts plus élevés et une plus grande exposition au cycle des prix des métaux. Ce qui entrainera non seulement des fermetures de capacités quand les prix seront bas mais peut-être également des mines à bas coûts.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation