imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

L’aluminium à moyen terme entre 2 300 et 2 500 dollars

Le 08 septembre 2011 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Entretien


ENTRETIEN  Entretien avec David Wilson, directeur de la recherche métaux de la Société Générale

L’aluminium est-il toujours le métal le plus défensif ?
Oui, probablement. Il est au moins le métal avec des fondamentaux moins négatifs que le cuivre ou autres non-ferreux. Il permet de se couvrir par rapport à l’énergie ; son prix est soutenu par celui de l’énergie qui représente environ 50 % de ses coûts de production globaux. Bien que cela lui offre un bon support, il est difficile d’imaginer les prix de l’aluminium grimpant significativement au-dessus de leur niveau actuel, vu la situation de la demande. Celle-ci indique plutôt une stabilité des prix, mais en comparaison, je suis beaucoup plus pessimiste pour l’évolution du cuivre.

 

Comment expliquez-vous le ralentissement de la consommation d’aluminium en Chine ?
L’économie chinoise continue de croître, mais à un rythme plus lent. Il y a donc un ralentissement sensible des industries consommatrices d’aluminium, en particulier la construction automobile, le BTP et maintenant le ferroviaire. Mais l’influence de la Chine sur les marchés extérieurs est limitée. La Chine est pratiquement autosuffisante en ce qui concerne le métal léger et dispose de capacités suffisantes pour répondre à la croissance de sa demande. Le prix de l’aluminium en Chine devrait être soutenu par les coûts élevés de ses producteurs marginaux.

 

Y-a-t-il un avenir pour la production d’aluminium en Europe?
Il y a deux exceptions, la Norvège et l’Islande qui bénéficient d’électricité abondante d’origine hydraulique et géothermique. Pour les autres pays, Allemagne, Italie, France, Espagne et Royaume-Uni, la situation est bien plus difficile. La production de métal a migré vers les zones à bas coûts, comme le montre le développement d’énormes capacités au Moyen-Orient, utilisant le gaz naturel comme énergie bon marché.
Les économies développées ont avantage à produire de l’aluminium secondaire car elles disposent d’importantes ressources de métaux de récupération avec une collecte bien organisée. Mais l’Europe et les Etats-Unis ont exporté de vastes quantités de scraps d’aluminium vers la Chine et les autres marchés émergents.
La consommation de métal léger a fortement rebondi en Europe et aux Etats-Unis durant le premier trimestre de l’année, mais les inquiétudes suscitées par la question de la dette et par le ralentissement global de l’économie vont impacter la demande au deuxième semestre.

 

La production nord-américaine va-t-elle rebondir ?
La situation est différente aux Etats-Unis et au Canada car les alumineries canadiennes sont avant tout alimentées par de l’énergie hydroélectrique. Quelques alumineries ont été redémarrées aux Etats-Unis, mais leur capacité à faire un profit alors que le prix de l’aluminium est tombé sous les 2 400 dollars la tonne est problématique.

 

Quand prévoyez-vous le rééquilibrage du marché ?
Il y a quelques mois, nous tablions sur un rééquilibrage progressif du marché de l’aluminium. Avec le ralentissement de l’économie mondiale et des risques de récession aux Etats-Unis et en Europe le rééquilibrage devra attendre 2014.

 

Quelles sont vos prévisions de cours ?
La Société Générale prépare une mise à jour globale de ses prévisions, tablant sur une probabilité de 40 % d’une nouvelle récession aux Etats-Unis alors qu’en Europe elle est encore plus élevée. Nous attendons une correction des prix, mais elle devrait être limitée par le prix de l’énergie et par les coûts de production des producteurs marginaux. Alors que les opérations financières continuent d’absorber le surplus de métal, le prix de l’aluminium devrait évoluer dans une fourchette comprise entre 2 300 et 2 500 dollars. Il sera difficile pour le métal de monter plus haut avant la fin de 2012.

 

Propos recueillis par Daniel Krajka


Version anglaise



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation